Athènes pourrait se tourner vers les frondeurs du PSI

le 12/12/2012 L'AGEFI Quotidien / Edition de 18H

Illustration: Thinkstock

Faute d’avoir réussi lors de sa dernière opération de rachat obligataire à atteindre les objectifs fixés avec le FMI en matière de réduction de dette, la Grèce pourrait racheter les obligations des créanciers qui avaient refusé de participer à la restructuration de la dette grecque au mois de mars dernier (PSI).

Selon un document grec daté du 12 décembre, le rachat de dette restructurée, clos hier mardi, totalise 31,9 milliards d'euros, ce qui réduirait le ratio de dette/PIB de 9,5 points de pourcentage d'ici 2020. Lorsque les ministres des Finances de la zone euro ont conclu le 27 novembre un nouvel accord de réduction de la dette grecque, l'objectif était de réduire ce ratio de 11 points.

Pour racheter l’ensemble des titres offerts à un prix moyen plus élevé qu’attendu, Athènes aura en outre besoin d’un financement supplémentaire de 1,29 milliard d’euros, soit 11,29 milliards au total.

A lire aussi