Le Panel Taux penche pour une baisse du refi

le 03/12/2012 L'AGEFI Quotidien / Edition de 7H

Pessimiste pour la croissance, une majorité de gérants table désormais sur un geste de la BCE à 3 mois

Les membres du Panel Taux ne sont guère optimistes pour la croissance européenne. Ils sont désormais une majorité (13 sur 20, contre 9 le mois dernier) à estimer que la Banque centrale européenne (BCE) pourrait baisser son taux directeur dans les trois mois. Les gérants de Cholet Dupont, CPR AM, la Française AM et Lazard Frères Gestion qui tablaient en novembre sur un maintien du refi à 0,75%, le voient désormais abaissé de 25 points. Les prévisions économiques que présentera la BCE jeudi devraient préciser les anticipations.

Lors de la réunion de jeudi, la BCE présentera des prévisions qui incluront pour la première fois les évolutions attendues en 2014. Le mois dernier, le président de l'institution, Mario Draghi, avait ouvert la porte à une baisse des prévisions économiques.

«En septembre, les prévisions des équipes de la BCE faisaient état d’une croissance d’environ 0,5% (moyenne de la fourchette des prévisions) pour 2013. Ce n’est plus tenable et une révision sensible à la baisse est à attendre, même s’il y a quand même une reprise l’année prochaine», assure Ken Wattret, chez BNP Paribas. A ses yeux, la BCE devrait ramener sa fourchette entre -0,7% et 0,7% pour 2013 (au lieu de -0,4 à 1,4) et garder une fourchette de 0,2 à 2,2 en 2014.

Invité sur l'antenne d’Europe 1 vendredi, Mario Draghi, a expliqué que «nous ne sommes pas encore sortis de la crise. La reprise pour l’essentiel de la zone euro devrait commencer au cours de la seconde partie de 2013». Il n’a rien précisé pour 2014. En novembre, la Commission européenne a abaissé ses prévisions de croissance pour la zone euro à 0,1% l’année prochaine et 1,4% en 2014. Le Fonds monétaire international parie sur un PIB en très légère hausse, à 0,2% en 2013.

Ken Wattret estime par ailleurs que la prévision d’inflation (moyenne de la fourchette) de la BCE devrait être de 1,8% pour 2013 contre 1,9% en septembre, grâce à des prix de l’énergie moins élevés que prévu. L'inflation serait d'environ 1,7% en 2014. Le chef économiste d’UniCredit, Marco Valli, s’attend en revanche à ce que la BCE maintienne sa prévision d’inflation pour 2013. Comme son confrère de BNP Paribas, il ne croit pas que la BCE décidera d’une baisse des taux cette semaine.

Marco Valli estime que la BCE a fait tout ce qu’elle pouvait faire en matière de politique monétaire, notamment en présentant son programme d’achats d’obligations souveraines (OMT). Lors d’un colloque organisé par le Trésor à Paris le 30 novembre, Mario Draghi a d’ailleurs une nouvelle fois appelé les gouvernements à améliorer la compétitivité de leurs pays. Pour l’économiste d'UniCredit, non seulement, une baisse des taux aurait un «impact très modeste sur l’économie» mais encore les indices de confiance, en France, en Italie et en Allemagne se sont redressés au mois de novembre ce qui rend moins urgent un nouvel assouplissement monétaire.

Cela n'empêche pas les économistes de Crédit Agricole CIB de parier sur une baisse du refi de 25 points de base, dès la semaine prochaine. Ils ne croient pas cependant que la BCE pourrait emmener son taux de dépôt, aujourd’hui à 0%, en territoire négatif. Même si ce serait sans précédent, les analystes de Citi avancent au contraire qu'il pourrait passer à -0,25% dans le courant de l'année prochaine. 

Par ailleurs, économistes et analystes s'attendent à ce que la BCE prolonge son allocation de liquidité de manière illimitée pour encore six mois.

TAUX DE REFI BCE. ILLUSTRATION L'AGEFI.
ZOOM
TAUX DE REFI BCE. ILLUSTRATION L'AGEFI.
PANEL MENSUEL TAUX
ZOOM
PANEL MENSUEL TAUX
PANEL MENSUEL CHANGE
ZOOM
PANEL MENSUEL CHANGE

A lire aussi