Le succès du Livret A porte la demande pour les indexées inflation

le 30/11/2012 L'AGEFI Quotidien / Edition de 7H

Les OATi et les swaps d'inflation française devraient bénéficier de flux de couverture liés à la collecte record du dernier trimestre 2012

Charité bien ordonnée commence par soi-même. En relevant au 1er octobre les plafonds du Livret A et du Livret de développement durable, le gouvernement n’a pas seulement fait un cadeau à l’épargnant moyen. Il a aussi servi ses propres intérêts en garantissant pour les mois à venir une demande soutenue pour les emprunts d’Etat indexés sur l’inflation française, les OATi.

L’inflation française sert de base à la formule de calcul de la rémunération de l’épargne réglementée. Les gestionnaires des fonds du Livret A – Caisse des dépôts et banques – ont donc intérêt à couvrir ces passifs en achetant des actifs indexés sur l’indice des prix en France. Les flux de collecte sur les livrets «entraînent des flux de couverture qui surviennent typiquement dans les deux mois suivants», souligne Jorge Garayo, stratégiste chez SG CIB. Cette gestion actif-passif se fait soit par des achats cash d’OATi, soit, plus souvent, en utilisant des swaps d’inflation sur la partie 5-10 ans.

Le doublement du plafond du LDD et le relèvement de 25% de celui du Livret A ont entraîné 21 milliards d’euros de collecte nouvelle sur les deux produits pour le seul mois d’octobre. Les stratégistes taux de BNP Paribas tablent sur des flux supplémentaires de près de 20 milliards d’euros d’ici à la fin de l’année. Tout comme SG CIB, qui porte même la prévision à 35 milliards d’euros dans les 3 mois en cas de nouveau relèvement du plafond du Livret A début 2013, comme le gouvernement l’a laissé entendre.

Cette collecte ne sera cependant pas couverte à 100%. «Nous attendons au moins 2 milliards d’euros de couvertures via des actifs inflation, à la fois sur le cash et les swaps, avant la fin de l’année, estime BNP Paribas. Le processus a déjà commencé car les gestionnaires du Livret A restent largement sous-couverts».

Le spread swap inflation France et zone euro à 10 ans, qui traduit la surperformance des produits inflation française par rapport à ceux qui suivent l’indice HICP de la zone euro, est d’ailleurs proche de ses records historiques (40 pb). Son élargissement reflète aussi la perspective de hausses de TVA en 2014.

Les stratégistes ne s’attendent cependant pas à ce que l’Agence France Trésor modifie sa politique d’émission de titres indexés, répartie pour moitié environ entre inflation française et zone euro. L'AFT en a placé pour 17,1 milliards d'euros en 2012.

A lire aussi