SAC Capital risque gros pour son délit d'initié record

le 30/11/2012 L'AGEFI Quotidien / Edition de 7H

Le hedge fund pourrait faire l'objet de poursuites civiles par la SEC pour avoir abrité, en tant que personne morale, un délit d’initié de 276 millions

Mathew Martoma, le 26 novembre 2012. Photo: Peter Foley/Bloomberg News

L’affaire SAC Capital Advisors prend de l’ampleur. Mathew Martoma, l’ancien gestionnaire de portefeuille du fonds CR Intrinsic Investors, filiale de SAC, ne semble pas être le seul à avoir participé au délit d’initié qui a motivé une plainte à son encontre devant la Cour fédérale de Manhattan pour utilisation illégale d'informations privilégiées concernant les résultats de tests d'un produit destiné à lutter contre la maladie d'Alzheimer développé par les laboratoires Elan et Wyeth.

Selon des sources concordantes, le président de SAC Capital Advisors, Tom Conheeney, aurait indiqué mercredi lors d’une conférence téléphonique avec ses investisseurs que le gendarme des marchés financiers américain, la SEC, aurait envoyé à la société une «Wells notice», une notification préalable d’action au civil, pour «fraude financière» la mettant en cause en tant que personne morale ayant abrité le délit d’initié.

Dans le cas où la SEC prouverait l’implication de la société en tant que «personne morale», qui n’implique pas une connaissance des faits mais plutôt une négligence face à la fraude, elle pourrait réclamer une amende d’un montant trois plus élevé que celui du délit lui-même, qui aurait rapporté 276 millions de dollars aux personnes impliquées. Un record.

Dans l’attente d’une décision définitive, aucun investisseur, parmi lesquels une filiale de Morgan Stanley Asset Management, n’aurait pour le moment engagé de processus de retrait de leurs fonds logés chez SAC. Les responsables de SAC détiendraient à eux seuls 60% des 14 milliards de dollars d’actifs sous gestion, soit environ 8 milliards.

Si l’emblématique fondateur de SAC, Steven Cohen, se dit «confiant d’avoir agi comme il faut» et ne serait pas évoqué dans la notification de la SEC, il demeure néanmoins sous le coup d’une enquête approfondie qui pourrait conduire à une mise en accusation à l’issue de l’investigation menée parallèlement par le procureur fédéral. Steven Cohen aurait en outre indiqué, selon le Financial Times, que 700 millions de dollars d'actions ont été cédé par le fonds en plein de coeur de l'enquête de la SEC.

Et l’étau se resserre. Phillipp Villhauer, responsable des activités de trading chez SAC, serait visé par la justice, selon Bloomberg. En outre, un ancien analyste de Level Global Investors aurait indiqué à la Cour de justice de Manhattan que le cofondateur de la firme, Anthony Chiasson, aurait transmis en toute connaissance de cause des informations privées à deux analystes de chez SAC Capital Advisors.

A lire aussi