«Nous prenons des profits sur les titres les plus risqués et les plus cycliques»

le 26/11/2012 L'AGEFI Quotidien / Edition de 7H

Frédéric Penel, responsable de la gestion taux chez CCR AM

- L'Agefi : Pourquoi êtes-vous passés de neutre à sous-pondérer sur le crédit ?

- Frédéric Penel : Fin octobre, les incertitudes sur l’issue des élections américaines étaient à leur paroxysme et les signaux d’un retour à une croissance plus marquée en Chine semblaient encore ténus. Côté européen, «l’effet Draghi» s’est essouflé. Le marché a tracé un rally depuis la fin juillet qui a amené l’indice iTraxx (Main Europe) de 160 points de base à environ à 130. Mais d’une part, les exécutifs européens peinent une fois de plus à relayer l’action de la BCE, et d’autre part, les politiques budgétaires restrictives menées partout en parallèle produisent leurs effets négatifs. Enfin, la perspective d’un remboursement partiel de la première opération de refinancement à long terme (LTRO) se profile. Si l’atténuation de la dépendance du système bancaire au refinancement de la banque centrale est souhaitable, il nous paraît toutefois difficile d’imaginer que cela aura un effet positif sur les spreads de crédit.

- Quelle est votre stratégie?

- Ayant peu de visibilité, nous avons tendance à réduire la voilure et adoptons une attitude opportuniste. Il s’agit pour l’instant de diminuer le risque, d’abord en prenant nos profits sur les titres les plus risqués et les plus cycliques, ensuite en nous efforçant de nous positionner sur des maturités plus courtes. Avec l’aplatissement de la courbe, le coût d’opportunité reste modeste au regard de la réduction du risque futur. Nous restons ainsi en position de pouvoir saisir les opportunités qu’offrirait un nouveau pic de volatilité. Par ailleurs, la perspective de taux souverains durablement faibles dans un environnement atone nous met face au défi de la création de nouveaux produits attractifs.

panel crédits
ZOOM
panel crédits

A lire aussi