Le Portugal passe avec succès l'examen trimestriel de la «Troïka»

le 20/11/2012 L'AGEFI Quotidien / Edition de 7H

Une nouvelle tranche de 2,5 milliards d'euros sera débloquée dans le cadre du plan d'aide de 78 milliards d'euros

Face aux déboires de la Grèce, Lisbonne se targue d'être le bon élève des pays sous assistance internationale. Le pays a passé avec succès le sixième examen trimestriel mené par la mission d'inspection de l'Union européenne et du Fonds monétaire international, a annoncé hier le ministre des Finances Vitor Gaspar, tout en ajoutant que les risques économiques demeuraient élevés. Ce satisfecit a été obtenu à l'issue d'une mission qui aura duré seulement une semaine.

Les créanciers internationaux du pays, maintenu à flot depuis l'an dernier par un plan d'aide international de 78 milliards d'euros, tout comme le gouvernement portugais, anticipent une contraction de 1% en 2013 après un recul du produit intérieur brut (PIB) estimé à 3% pour cette année. Ces projections sont inchangées par rapport à celles contenues dans les conclusions de la précédente mission d'inspection, qui était intervenue en septembre.

Dans un communiqué conjoint, les trois bailleurs de fonds (BCE, UE, FMI) ont estimé que le programme était dans l'ensemble sur la bonne voie en dépit de forts vents contraires, reprenant une formulation déjà employée dans les rapports précédents. «La montée du chômage, la baisse des salaires et l'incertitude pèsent sur la confiance, tandis que la récession en zone euro commence à faire pression sur les dynamiques d'exportation», a souligné la «Troïka».

Lors d'une conférence de presse, Vitor Gaspar a précisé que les inspecteurs de la mission recommanderaient le versement d'une nouvelle tranche de 2,5 milliards d'euros, notant que ces derniers avaient confiance en la capacité du Portugal à respecter le plan de marché défini lors de l'élaboration du plan d'aide, dont la finalité est de permettre au pays de faire son retour sur le marché des capitaux en 2013.

Le commissaire européen aux Affaires économiques et monétaires, Olli Rehn, a ainsi jugé que cette dernière évaluation augurait bien de ce retour.

Parmi les objectifs retenus dans le plan, le Portugal doit ramener son déficit budgétaire à un total représentant 5% du PIB en 2012, ratio qui doit ensuite revenir à 4,5% en 2013. Ces objectifs avaient été révisés à la baisse lors de la cinquième évaluation, en septembre.

A lire aussi