La perte du «triple A» de Moody’s a peu d'impact sur les marchés

le 20/11/2012 L'AGEFI Quotidien / Edition de 14H

Illustration: Thinkstock

La décision de Moody's de priver à son tour la France de son «triple A» n'a qu'un impact très limité sur les marchés financiers. Dix mois après Standard & Poor's, Moody's a abaissé lundi soir d'un échelon la note souveraine de l'Etat français, de Aaa à Aa1, et elle maintient une perspective négative.Vers midi, l'indice CAC 40 cédait 0,1% après une hausse de près de 3% la veille, à comparer à une hausse de 0,04% de l'indice Stoxx50 des valeurs vedettes de la zone euro . Le rendement des obligations à 10 ans émises par Paris s'affichait à 2,11% contre 2,08% lundi, un niveau guère éloigné des plus bas historiques. Parallèlement, les CDS à 5 ans (credit default swaps) sur la dette française augmentaient de quatre points de base à 93 points alors qu'ils atteignaient 250 points il y a un an. Pierre Moscovici a déclaré : «Aux uns et aux autres, et je pense aussi aux investisseurs, je veux dire que le gouvernement est pleinement engagé dans un programme sans précédent de réformes.» «Nous voulons aller vite, fort, résolument», a-t-il ajouté. Pour la présidente du Medef , «Il est évident que cette dégradation, fait peser sur nous tous une pression particulière, plus forte encore que celle que nous avions déjà sur nos épaules». A la perspective négative maintenue par S&P et Moody's s'ajoute le risque de voir Fitch abaisser à son tour sa note au cours des prochains mois, ce qui solderait pour de bon le «triple A».

A lire aussi