L’Afic et l’AFG demandent aux députés de revoir leur copie

le 16/11/2012 L'AGEFI Quotidien / Edition de 18H

L’AFG (Association française de la gestion financière) et l’Afic (Association française des investisseurs pour la croissance) regrettent que l’amendement sur les FIP et les FCPI, adopté en commission des finances à l’Assemblée nationale, ait finalement été vidé de sa substance lors de la séance publique du jeudi 15 novembre. Cet amendement proposait de loger les FIP et les FCPI dans une enveloppe de défiscalisation plus souple (plafond de 18.000 euros, 4% du revenu imposable) aux côtés des investissements en outre-mer. La réintégration dans le plafond de 10.000 euros va accentuer la baisse de la collecte des FIP et des FCPI, souligne le communiqué.

A lire aussi