La banque centrale d'Australie surprend les marchés en observant le statu quo

le 06/11/2012 L'AGEFI Quotidien / Edition de 7H

Vingt des 27 économistes interrogés par Bloomberg anticipaient une nouvelle baisse des taux directeurs de 25 pb. Le dollar australien gagne 0,6%

La Banque centrale australienne a décidé ce matin de laisser son taux directeur inchangé à 3,25%. Une décision surprise puisque prévue par seulement sept des 27 économistes interrogés par Bloomberg, alors que les vingt autres tablaient sur une nouvelle baisse des taux de 25 points de base. Les prix du minerai de fer ont rebondi de près de 40% depuis le plus bas atteint le 5 septembre dernier après le lancement par la Chine de projets d’infrastructures routières et de transports urbains. «Les données récentes montrent un rebond légèrement plus fort qu’attendu de l’inflation, même si elle reste dans la fourchette cible» s’est justifié le gouverneur de la Reserve Bank of Australia (RBA), Glenn Stevens.

«La faiblesse des taux dans nombre d’autres pays ne devrait pas être perçue comme une bonne chose ou un exemple dont il faudrait s’inspirer. Cela reflète les conditions économiques difficiles de ces pays» avait d’ailleurs déclaré la semaine dernière Philip Lowe, un des membres de la RBA. Les derniers chiffres sont d’ailleurs positifs. Les ventes de détail ont rebondi plus fortement que prévu de 0,5% en septembre, après une hausse de 0,3% en août, et le déficit extérieur s’est réduit de manière plus forte qu’attendu pour revenir à 420 millions de dollars australiens après 1,46 milliard en août. «Les risques sont devenus plus équilibrés» estime Citigroup. Au premier semestre, l'activité a résisté avec une croissance du PIB à 4%.

Ce matin, le dollar australien gagnait 0,6% contre le billet vert à 1,0426. Une force de la devise qui pèse sur l’emploi, avec un taux de chômage qui a grimpé à son plus haut niveau depuis deux ans et demi en septembre à 5,4%. Depuis quatre ans, l’appréciation de la devise australienne atteint 56% contre le billet vert et a contribué à la perte de 37.00 emplois dans le secteur manufacturier sur les deux dernières années et de 70.000 emplois dans la construction en un an, malgré une hausse des prix immobilier de 0,3% au troisième trimestre, après 0,6% au deuxième.

Pourtant, les chiffres des réserves de la banque centrale publiés par la presse locale récemment semblent indiquer que cette dernière est intervenue sur le marché des changes pour enrayer la hausse de la devise, qui ne s’est renforcée que de 1% depuis la dernière réunion de la RBA le 2 octobre dernier. Les réserves en devises étrangères auraient ainsi explosé à 863 millions de dollars australiens sur les seuls mois d’août et septembre, alors qu’elles n’étaient que de 150 millions sur l’ensemble de l’année 2009.

A lire aussi