«La force du yen n'est pas si défavorable aux entreprises japonaises»

le 29/10/2012 L'AGEFI Quotidien / Edition de 7H

Jean-Luc Proutat et Raymond Van der Putten, économistes chez BNP Paribas

- L’Agefi : Pourquoi pariez-vous sur un euro/dollar à 1,27 à trois mois ?

- Jean-Luc Proutat : L'euro a rebondi face au dollar en capitalisant sur les progrès réalisés sur le front de la gestion de la crise : programme d'achats de titres de la BCE, union bancaire, lancement du Mécanisme européen de stabilité (MES). Comme à chaque fois que des décisions importantes sont prises par les chefs d'Etat et de gouvernement, le plus difficile est de les faire appliquer. Le risque est que les investisseurs qui ont acheté l'euro se lassent des tergiversations du gouvernement espagnol, ou du flou qui entoure encore les prérogatives du MES ou de la BCE quant à son futur rôle de superviseur unique européen. Nous l'intégrons dans notre scénario, tout en estimant que, en tendance, la monnaie unique n'a plus vocation à reculer face au dollar.

- Jusqu’à quel point la Banque du Japon (BoJ) peut-elle affaiblir le yen ?

- Raymond Van der Putten : La BoJ est sous pression pour soutenir la croissance. Elle devrait renforcer son programme d'achats d’actifs après la prochaine réunion du Comité monétaire, le 30 octobre, ce qui aurait pour conséquence normale d’affaiblir le yen. Mais l’effet à attendre est, d'après nous, limité. Le ministre des Finances pourrait décider d’interventions directes sur le marché des changes, plus efficaces. Mais, outre que ces dernières ne sont pas du goût des grands partenaires commerciaux, elles affaiblissent la portée des critiques que le Japon peut adresser au système de peg, qui relie certaines devises asiatiques au dollar. D’ailleurs, la force du yen n’est pas si défavorable. Les entreprises japonaises s’appuient dessus pour leurs opérations de fusions et d’acquisitions transfrontalières.

panel change
ZOOM
panel change

A lire aussi