L'Espagne va commencer à financer par avance ses besoins pour 2013

le 26/10/2012 L'AGEFI Quotidien / Edition de 7H

Le pays devra émettre plus de 100 milliards d'euros l'an prochain. Certains investisseurs non résidents sont revenus depuis août

Madrid envoie un signal positif au marché. Le Trésor espagnol va bientôt préfinancer son programme d’émissions 2013, a indiqué hier à Reuters son secrétaire général. «A l’heure où je parle, mes besoins de financement pour cette année sont quasiment couverts, à 95%, et mon intention est de commencer à financer le Trésor pour l’année prochaine», a indiqué Inigo Fernandez de Mesa.

L’Espagne a déjà émis 82 milliards d’euros de dette à moyen long terme sur l’exercice et devrait voir ses besoins augmenter l’an prochain, du fait notamment de tombées importantes, supérieures à 60 milliards d’euros. Le programme d’émission 2013 pourrait atteindre 104 milliards, estiment les analystes de CA CIB.

Pour tenir l’objectif, Madrid peut compter, pour le moment, sur un relatif retour en grâce auprès des investisseurs non résidents, depuis l’annonce en août du programme de rachat de la BCE, l’OMT.

«Dans presque toutes les adjudications, plus de 50% de la demande provient de spécialistes en valeurs du Trésor internationaux», souligne Inigo Fernandez de Mesa. De gros gérants obligataires ont déclaré avoir réinvesti dans les Bonos, tels Bill Gross chez Pimco. «Nous avons été acheteurs d’emprunts d’Etat espagnols sur le trimestre écoulé», déclare Scott Thiel, patron de l’obligataire chez BlackRock, à Reuters, avec un focus particulier sur les échéances courtes.

Sur les huit premiers mois de l’année, la détention de titres d’Etat à 5 et 10 ans par des non-domestiques était passée sous les 34%, contre plus de 50% en 2011, selon les données du Trésor.

Inigo Fernandez de Mesa a aussi voulu dissiper les craintes sur la constitution du Fonds de liquidité des régions, doté de 18 milliards d’euros, et qui doit venir en aide aux communautés autonomes. Ces 18 milliards ne sont pas censés gonfler d’autant le programme d’émission car ils proviennent d’abord de prêts des banques espagnoles (8 milliards) et de la Loterie nationale (6 milliards), complétés par 4 milliards du gouvernement central. Le Fonds a déjà reçu les deux tiers de la somme.

Madrid a par ailleurs indiqué hier, dans un amendement à la loi de réforme financière, que le pays tirerait à hauteur de 60 milliards d'euros sur la ligne de crédit de l00 milliards allouée par ses partenaires européens pour recapitaliser les banques, mais n’injecterait que 40 milliards d'euros. Ces sommes feront grossir la dette, mais pas le programme d’émission.

A lire aussi