La Chine pourrait avoir besoin du soutien de sa banque centrale

le 15/10/2012 L'AGEFI Quotidien / Edition de 7H

Malgré des chiffres du commerce extérieur meilleurs qu'attendus, l'inflation est tombée à 1,9% en septembre et les prêts bancaires sont en baisse

A quel rythme ralentit exactement l’économie chinoise? L’excédent extérieur a rebondi à 27,7 milliards de dollars au mois de septembre après 26,7 milliards en août, alors que le consensus prévoyait une chute à 20,7 milliards. La bonne surprise provient des exportations qui ont progressé à un rythme annuel deux fois plus élevé que prévu de 9,9% pour atteindre un niveau mensuel record de 186,4 milliards. Les exportations vers les Etats-Unis affichent une progression annuelle de 9,6% entre janvier et fin septembre, alors que celles vers l’Europe chutent de 5,6%. Ce matin, le yuan a progressé de 0,15% à 6,2580 pour atteindre son plus fort niveau contre dollar depuis 1993 à Shanghai. Les dépôts en yuan ont progressé de 13,3% sur un an fin septembre à 14,35 milliards de dollars, alors que les dépôts en devises étrangères sont en hausse de 61,9% à 413,8 milliards.

Dans ce contexte, Pékin compte sur le soutien de la demande intérieure. Or, si les importations ont progressé de 2,4% en septembre après une chute de 2,6% en août, UBS prévient que «les déstockages ne sont pas terminés». La hausse de la masse monétaire M2 à un rythme de 14,8%, supérieur aux 14% visés par la PBOC, indique des conditions monétaires accommodantes. Pourtant, les prêts bancaires ont baissé de 703,9 milliards de yuans en août à 623,2 milliards en septembre, et l’inflation est tombée à 1,9%, bien en-deçà de l’objectif de 4%, laissant entrevoir des marges manœuvre monétaires. En septembre, la PBOC a opté pour des opérations de «reverse repo» pour injecter un record de 365 milliards de yuans sur le marché monétaire sur la dernière semaine de septembre. Un montant qui s'ajoute aux 2.418 milliards injectés en juin et qui vise à faire baisser les taux à court terme pour soutenir la croissance. Le taux à 7 jours baissait de 42 points de base ce matin à 2,77% après avoir atteint 3,76% la semaine dernière.

Cette stratégie semble se substituer à la baisse du ratio des réserves obligatoires (RRO) des banques à laquelle la banque centrale a eu recours pour la dernière fois en mai dernier. Mais «le but des opérations de "reverse repo" est de résoudre les problèmes temporaires de liquidités. Or, le problème de liquidités en Chine n'est plus temporaire, mais permanent», prévient Wee-Khoon Chong, stratégiste à la Société Générale. De plus, 600 milliards de titres arrivent à échéance dans les deux prochaines semaines suite aux injections. La publication cette semaine des chiffres de croissance du troisième trimestre sera ainsi déterminante.

A lire aussi