La banque privée du Crédit Agricole met le point final à son recentrage en France

le 15/10/2012 L'AGEFI Quotidien / Edition de 7H

La BGPI devient CA Indosuez Private Banking. Depuis un an, elle est montée en gamme en ciblant les fortunes supérieures à 3 millions d'euros

BGPI n’est plus. La Banque de Gestion Privée Indosuez vient de se rebaptiser CA Indosuez Private Banking, pour marquer son appartenance au groupe Crédit Agricole et mettre un point final à la réorganisation qu’elle a engagée l’an dernier. Quant à sa filiale de gestion, elle s’appellera désormais CA Indosuez Gestion.

«Depuis un an, nous nous sommes recentrés sur le segment des grandes fortunes supérieures à 3 millions d’euros d’actifs financiers», indique Olivier Toussaint, directeur général de CA Indosuez Private Banking, qui s’adresse à la clientèle française.

La banque privée du Crédit Agricole en France, constituée après le rachat d'Indosuez en 1996, traitait aussi auparavant les patrimoines compris entre 1 et 3 millions d’euros. Ceux-ci sont à présent directement pris en charge par les caisses régionales de Crédit Agricole, si les clients le souhaitent.

Car entre l’outil national dédié aux grandes fortunes et le réseau du groupe mutualiste, les relations restent souples. Les caisses régionales, qui se sont dotées d’une marque, CA Banque Privée, et pour certaines de structures ad hoc, apportent à CA Indosuez Private Banking environ 50% de son activité. La banque privée travaille avec toutes les caisses et leur fournit son expertise, mais pas sur une base exclusive.

La Compagnie Financière Edmond de Rothschild, par exemple, est un partenaire de choix pour certaines caisses, notamment la première d’entre elle, le Crédit Agricole d’Ile-de-France.

Tout en ciblant mieux ses clients, la filiale a aussi resserré les liens avec les autres banques privées du Crédit Agricole, qui gérait au total 128 milliards d’euros dans ce métier au niveau mondial à fin juin. «Nous avons fait monter notre offre en gamme grâce à la mutualisation des savoir-faire avec la Suisse, Monaco et le Luxembourg, pour proposer notamment des expertises de change, de produits structurés ou de private equity», explique Olivier Toussaint.

CA Indosuez Private Banking veut ainsi devenir «le leader» de la banque privée en France, où il figure dans le top 3 avec 22 milliards d’euros d’encours. L'entité se garde cependant d’annoncer des objectifs chiffrés. Les actifs gérés stagnent depuis fin 2010, la collecte nette a été négative au premier semestre, et le tour de vis fiscal qui se prépare dans l’Hexagone a tout pour inquiéter la clientèle.

A lire aussi