Le marché de la dette bancaire subordonnée redémarre

le 09/10/2012 L'AGEFI Quotidien / Edition de 7H

Le compartiment redevient attractif pour les investisseurs en quête de rendement. Mais seules les banques des pays cœur de l'Europe y ont accès

Le marché primaire de la dette bancaire subordonnée commence à se réouvrir. La banque autrichienne Erste Bank a récemment émis pour 500 millions d’obligations Tier 2 à mid swap +540 points de base. De son côté, le néerlandais Rabobank a également émis de la dette subordonnée de type LT2 bullet.

Plusieurs raisons expliquent ce redémarrage. «La dette subordonnée bancaire redevient attractive pour des investisseurs en quête de rendement. On a également vu en septembre un marché primaire très dynamique sur tous les segments (high yield, bancaire, corporates investment grades), les annonces de la BCE ayant renforcé la confiance des investisseurs en zone euro», explique Marnik Hinnekens, responsable de la recherche crédit chez Tullett Prebon à Paris.

«C’est un signe positif pour les banques. Cela montre que le secteur retrouve un accès au marché», ajoute l’analyste. Mais pour ce qui est des émissions de dette subordonnée bancaire, seules les banques des pays cœur de l’Europe sont concernées. Les établissements des pays périphériques devront encore attendre du fait du manque de visibilité notamment sur l’Espagne.

Ces derniers jours, les émissions de type LT2 bullet de Rabobank et Erste Bank se sont fortement renchéries sur le marché secondaire. Par exemple, Erste Bank avait émis au début du mois à mid swap +540 points de base et depuis le spread s'est resserré de plus de 50 points de base.

D'autre part, le recours au marché de la dette primaire subordonnée apparait comme une solution pour certaines banques engagées dans des plans de baisse du levier (deleveraging) mais qui peinent à réduire leur total de bilan. En attendant, c’est un moyen pour elles de renforcer leur solvabilité financière.

A l’avenir, d’autres émissions pourraient suivre et la dette bancaire tier 3 pourrait également refaire surface. Cette catégorie tier 3 de courte maturité entre 2 et 5 ans est subordonnée à la dette senior. «Ces émissions de dette à courte maturité pourraient intéresser des établissements non cotés fragilisés qui ont du mal à se refinancer sur les marchés, et souhaitent renforcer leur solvabilité au-delà des normes Bâle 3 afin de rassurer sur leur solidité, souligne Marnik Hinnekens. Cela pourrait concerner des banques coopératives et aurait pu en théorie bénéficier à une banque qui est désormais en run-off telle que le CIF».

EMISSIONS CREDITS
ZOOM
EMISSIONS CREDITS

A lire aussi