Julius Baer lève le voile sur son augmentation de capital

le 09/10/2012 L'AGEFI Quotidien / Edition de 7H

La banque privée suisse lève près de 500 millions de francs pour l’aider à financer le rachat des activités internationales de BoA Merrill Lynch

Julius Baer a comme promis hier levé le voile sur les modalités d’une augmentation de capital destinée à financer partiellement le rachat annoncé au mois d’août dernier des activités internationales (à savoir hors des Etats-Unis et du Japon) de Bank of America Merrill Lynch en gestion de fortune. L’opération passe par l’émission d’un droit de souscription pour chaque action détenue ce soir, 29 droits permettant d’acquérir, dès demain et jusqu’au 16 octobre, 3 nouveaux titres au prix unitaire de 24,20 francs suisses.

La cotation de ces derniers est attendue le 18. Hier, le cours a cédé 0,67% à 32,38 francs. La banque privée suisse souligne que l’opération lui permettra de récolter un montant brut de 492 millions de francs, l’équivalent de 406 millions d’euros.

Julius Baer a annoncé pour aujourd’hui même la publication d’«informations complémentaires» concernant l’acquisition des activités de BoA Merrill Lynch, destinée à renforcer ses capacités au sein des marchés émergents.

L’annonce de l’opération au beau milieu de l’été n’avait pas suscité un élan d’enthousiasme, nombre d’observateurs jugeant le prix consenti élevé, pour une opération permettant tout de même aux actifs sous gestion de la banque suisse de bondir de 40% à 250 milliards de francs.

Julius Baer avait d’ailleurs rapidement limité à 500 millions de francs la taille de l’augmentation de capital envisagée, 250 millions de moins que le montant initialement prévu. Ces 250 millions constituaient certes un coussin de sécurité, destiné au financement d’«autres acquisitions». Julius Baer entend en effet financer la transaction, dont le coût total est estimé à 1,47 milliards, par la trésorerie disponible, l’annulation de son programme de rachat de titres, l’émission d’actions au bénéfice de Bank of America (240 millions, offrant à la banque une part de 3% au capital) et celle d’obligations hybrides (200 millions).

Dans le même esprit de volonté de renforcer ses capacités en gestion privée, EFG International a lancé hier l’introduction en Bourse de sa filiale de produits structurés EFG Financial Products.

Ce recentrage, par lequel la banque suisse passera de 58 à 20% du capital, doit lui permettre de récolter jusqu’à 78 millions de francs. Les associés fondateurs et collaborateurs détiennent 34 et 8% de la structure, des titres qu’ils devront conserver pendant au moins 5 et 3 ans respectivement.

A lire aussi