Le «mur budgétaire» pourrait renforcer le dollar à moyen terme

le 08/10/2012 L'AGEFI Quotidien / Edition de 7H

Valérie Perez, responsable change chez Deutsche Bank

- L'Agefi : Comment voyez-vous évoluer la parité euro-dollar après la réunion de la BCE ?

- Valérie Perez : Nous sommes haussiers sur la parité euro-dollar, avec un objectif autour de 1,35 - 1,40 dans les 3 à 6 prochains mois, principalement du fait de l’évolution divergente des politiques monétaires de part et d’autre de l’Atlantique. Alors que la Fed va rester très accommodante jusqu’à fin 2014, une surprise pourrait venir de la BCE. Du côté des perspectives de croissance, alors que les Etats-Unis repartent, le simple fait de passer d’une situation de récession à une stabilisation de la croissance en Europe suffira à créer un choc positif. Enfin, la taille du bilan de la BCE devrait d’après nos analystes augmenter de 6 milliards d'euros d’ici à la fin de l’année via le programme OMT, alors que dans le même temps, celle du bilan de la Fed pourrait augmenter de 40 milliards de dollars, là encore le fossé se creuse et profitera probablement à l’euro.

- Les incertitudes entourant le mur budgétaire américain peuvent-elles avoir un impact sur l’évolution du billet vert à court et moyen terme ?

- Sur le court terme, l’incertitude autour du «fiscal cliff» aura un impact négatif sur le dollar, dans la mesure où les opérateurs s’attendront à des baisses de taux supplémentaires de la part de la Fed ainsi qu’à voir le dollar rejouer le rôle de devise de financement pour les opérations de carry trade. Par contre sur le moyen terme, le fiscal cliff pouvant avoir un impact récessif sur l’activité économique mais positif sur le déficit courant, le rôle du dollar comme refuge se trouvera renforcé et il pourrait redevenir valeur refuge tout comme il l’a été fin 2008.

panel change
ZOOM
panel change

A lire aussi