Mario Draghi souligne les bénéfices de l'annonce des OMT

le 04/10/2012 L'AGEFI Quotidien / Edition de 18H

Le président de la BCE estime que cette décision a contribué à apaiser les tensions

Mario Draghi lors de sa conférence de presse du 4 octobre. Capture d'écran (site BCE)

Depuis la Slovénie, où la BCE a tenu jeudi une réunion de son conseil des gouverneurs, Mario Draghi a réaffirmé son engagement à soutenir le marché obligataire en euro, rappelant que l’activité demeurait faible. «A présent, il est essentiel que les gouvernements continuent à mettre en œuvre les étapes nécessaires pour réduire à la fois les déséquilibres budgétaires et structurels et poursuivre les mesures de restructuration du secteur financier», a t-il ajouté.

Le programme OMT annoncé début septembre par le patron de la BCE, a été présenté comme le «bazooka» longtemps espéré pour régler la crise de la dette dans la zone euro. «Les OMT (...) ont aidé à apaiser de telles tensions (sur les marchés financiers) ces dernières semaines, atténuant de ce fait les craintes de concrétisation de scénarios catastrophes», a souligné Mario Draghi. Mais l’un des Etats membres qui en aurait le plus besoin, l’Espagne, hésite pour l’instant à y faire appel, ce qui interdit pour l’heure à la BCE d’activer son nouveau dispositif. «La décision (de solliciter une aide) dépend entièrement des gouvernements. La BCE a fait ce qu'il était possible de faire et les OMT créeront un environnement favorable à des réformes (...) mais l'initiative revient aux gouvernements», a expliqué Mario Draghi. 

La BCE a  en outre maintenu, comme prévu par la plupart des experts, son taux directeur à 0,75%. Depuis juillet dernier, le taux de refinancement se situe à un plus bas historique. De nombreux économistes tablent sur une réduction de ce taux d'un quart de point, à 0,5%, en novembre ou décembre. Mais lors de sa conférence de presse, à l’issue de la réunion de la BCE, son président, Mario Draghi, a laissé entendre qu'une réduction du taux directeur à brève échéance n'avait pas été discutée lors du conseil des gouverneurs.

A lire aussi