Les fonds de pension néerlandais obtiennent une bouffée d’air

le 26/09/2012 L'AGEFI Quotidien / Edition de 7H

Après le secteur de l’assurance, fin juin, ils vont bénéficier à partir du 30 septembre d’un assouplissement des règles d’actualisation de leurs passifs

La mesure est purement comptable mais non moins significative. Confrontés à la forte volatilité des marchés financiers, qui pèse sur la valeur de leur actif, et à l’aplatissement de la courbe des swaps, qui accroît leur passif, les fonds de pension néerlandais vont retrouver des marges de manœuvre grâce à un changement dans la méthode de fixation des taux d’actualisation.

A partir du 30 septembre, la courbe servant à ce calcul ne sera plus uniquement basée sur les taux de marché mais sur un mélange de mark-to-market et de prix synthétiques, a annoncé le ministère des Affaires sociales néerlandais, en accord avec la Banque nationale.

Cette mesure s’inscrit dans le cadre d’un paquet de nouvelles règles applicables au secteur. «L’idée est de rompre avec la convexité négative introduite par les besoins réglementaires dans la gestion actif-passif», soulignent les analystes de la Société Générale.

En effet, quand les taux baissent, la valeur de marché des engagements des fonds de pension à prestation définie augmente, ce qui pèse sur leur solvabilité. «Le ratio de couverture moyen est passé de 111%, fin juin 2011, à 94%, fin septembre 2011, et reste, aujourd’hui, sous 100%», poursuit la Société Générale. D’où l’idée de construire une courbe en deux temps moins sensible aux prix du marché.

Concrètement, la courbe est constituée d’une première partie jusqu’à 20 ans où le taux de marché reste la référence car la liquidité est suffisante. Au-delà elle sera construite à partir d’une formule mathématique.

Cette mesure améliorera le ratio de couverture des fonds de pension de l’ordre de 4 à 5 points, selon les estimations d’Investment and Pensions Europe. Sur le marché, cela devrait avoir plusieurs effets en raison d’un besoin de couverture des passifs de long terme moins important. «Les deux conséquences seront une repentification de la courbe à long terme des swaps en euros et une réduction de la volatilité sur les taux longs», estime SG CIB.

Un mouvement déjà engagé car cette solution était dans les tuyaux depuis quelques mois. Elle a déjà été mise en œuvre, en juin, par le Danemark et par la Suède. Les Pays-Bas ont initié le mouvement fin juin dans le secteur de l’assurance.

Autant d’initiatives qui ont provoqué une pentificationde la courbe d’au moins 50 points de base (pb) sur la partie de 10 à 30 ans et de plus de 20 pb sur la partie de 30 à 50 ans.

A lire aussi