Le dollar recule après les chiffres de l’emploi américain

le 07/09/2012 L'AGEFI Quotidien / Edition de 18H

Les créations d'emploi ont diminué plus que prévu en août à 96.000, contre 141.000 en juillet.

Un

Les créations d'emploi (non agricoles) ont diminué beaucoup plus que prévu en août aux Etats-Unis à 96.000, contre 141.000 en juillet (révisé de 163.000), montrent les chiffres publiés vendredi par le département du Travail. Les économistes interrogés par Reuters prévoyaient en moyenne 125.000 créations de postes. Les chiffres de juin et juillet ont été révisés à la baisse, pour afficher 41.000 emplois créés en moins que lors des premières estimations. La statistique de l'emploi a conforté la progression de l'euro face au billet vert. Vers 14h45 GMT, la monnaie unique gagnait plus de 1,3% à 1,2798 dollar, un plus haut de quatre mois.

Le taux de chômage a reculé à 8,1% contre 8,3% en juillet - le consensus ressortait à 8,3% -, une diminution essentiellement à mettre sur le compte des désinscriptions des chômeurs qui renoncent à retrouver un emploi. Au total, le taux d'activité - Américains disposant d'un emploi ou en cherchant un - est tombé à 63,5%, son plus bas niveau depuis septembre 1981. Le taux de chômage est monté jusqu'à 10% en octobre 2009 avant de refluer mais le recul s'est tassé cette année. L'économie américaine n'a créé en moyenne que 139.000 emplois par mois depuis début 2012. Ce rythme s'établissait à 153.000 l'an dernier.

Le mauvais chiffre du mois d'août traduit une faiblesse dans tous les secteurs, avec notamment une perte de 15.000 emplois dans le secteur manufacturier, sa première baisse depuis septembre 2011. Les emplois industriels avaient été gonflés en juillet car les usines automobiles étaient restées ouvertes alors qu'elles ferment normalement à cette période, précisent les économistes. Le secteur de la construction n'a pas connu de franche amélioration, avec 1.000 emplois supplémentaires créés mais un déclin du travail temporaire (-4.900), pour la première fois depuis mars dernier. La fonction publique a perdu 7.000 emplois, soit un sixième mois de baisse consécutif. 

A lire aussi