L’automne sera crucial pour les sauvetages de l'Espagne et la Grèce

le 04/09/2012 L'AGEFI Quotidien / Edition de 7H

Les dirigeants de la zone doivent compléter la palette des outils d'aide aux pays périphériques et préciser leurs conditions d'intervention

La rentrée sera déterminante pour les Espagnols et les Grecs, alors que les rendez-vous vont se succéder en septembre. D’ici à la fin du mois, les résultats définitifs de l’audit des banques espagnoles devraient être connus. Cela permettra au gouvernement de Mariano Rajoy de préciser les besoins en fonds propres à combler avec l’aide des Etats de l’Union, dans la limite de 100 milliards d’euros.

A l’avenir, l’Espagne pourrait être aidée par des achats de la BCE sur le marché secondaire de sa dette à court terme. Son président Mario Draghi, devrait préciser, au moins partiellement, les modalités d’intervention de la banque centrale ce jeudi après la réunion du Conseil des gouverneurs.

Ce coup de pouce pourrait être conditionné à une demande d’aide aux fonds de secours européens. La mise en activité rapide du Mécanisme européen de stabilité, MES, qui doit remplacer le Fonds européen de stabilité financière (FESF), dépend de la décision de la Cour constitutionnelle allemande, attendue le 12 septembre.

Le MES ne pourra recapitaliser directement les banques espagnoles - et donc prendre la suite du fonds de restructuration des banques espagnoles, le Frob - qu’une fois la supervision européenne unique des banques approuvée. La Commission présentera sa proposition législative le 12 septembre également. Celle-ci devra être approuvée par le Parlement européen et le Conseil des ministres.

Les ministres des finances de l’Union auront déjà l'occasion d'échanger à ce sujet lors de leur réunion du 14 septembre. Ils pourraient aussi débattre des engagements de coupes budgétaires de la Grèce pour les deux années à venir. Cette réunion se tiendra au lendemain des élections aux Pays-Bas. Le dernier gouvernement avait chuté sur le programme d’austérité pour 2013.

La situation de la Grèce devrait aussi être au menu d'un Eurogroupe et d'un Ecofin des 8 et 9 octobre. Après le passage de la Troïka dans le pays, les politiques européens devront s’accorder sur les conditions d’application du second plan de sauvetage de la Grèce, de 173 milliards d’euros. Le gouvernement grec souhaiterait avoir plus de temps pour réaliser les efforts demandés. Le sommet des chefs d'Etat et gouvernement des 18 et 19 octobre pourrait conclure ces discussions et être l’occasion de présenter la seconde mouture de leur feuille de route «vers une véritable union économique et monétaire». Un autre sommet est prévu les 22 et 23 novembre.

A lire aussi