Fort d'un bon début d'année, Ossiam prévoit de lancer deux nouveaux fonds d'ici fin 2012

le 07/08/2012 L'AGEFI Quotidien / Edition de 7H

La filiale de Natixis, qui a émis ses premiers ETF il y a un an, a vu ses encours croître de 65% à 394 millions d’euros depuis le début de l’année

Ossiam, qui souffle cette année la première bougie de ses ETF, dresse un bilan positif de son activité. La filiale de Natixis gérait 394 millions d’euros d’encours (au 19 juillet), soit une progression de 65% par rapport aux 239 milliards gérés à fin 2011. La collecte nette enregistrée depuis le début de l’année a atteint 115 millions d’euros.

Six ETF ont été lancés en juillet 2011 avec une cotation sur Nyse Euronext Paris. «Ces fonds reposent sur deux stratégies. L’une consiste en la réplication d’un indice equipondéré, qui vise à corriger le biais de forte concentration de certaines valeurs», à l’image de Total au sein du CAC 40, explique à L’Agefi Isabelle Bourcier, directrice du développement d’Ossiam. Les indices répliqués de ces ETF, au nombre de trois, sont le CAC 40 (17 millions d’euros d’encours), l’Eurostoxx 50 (18 millions d’euros) et le Stoxx Europe 600 (24 millions d’euros).

La seconde stratégie, baptisée minimum variance, «vise à réduire le risque du portefeuille en sélectionnant et en pondérant les actions non pas en fonction de leur capitalisation mais en fonction de leur niveau de volatilité et de corrélation. Les univers d’investissement sont le Stoxx Europe 600 et le S&P 500, avec un ETF libellé en euro et un ETF libellé en dollar», indique Isabelle Bourcier. Alors que l’ETF axé sur l’Europe dispose actuellement de 86 millions d’euros d’encours, les ETF focalisés sur les Etats-Unis totalisent respectivement 113 millions d’euros (poche euro) et 88 millions d’euros (poche dollar).

D’autres ETF sont depuis venus étoffer la gamme de produits d’Ossiam. Un fonds minimum variance axé sur le Footsie a été lancé à Londres fin janvier et dispose aujourd’hui de 16 millions d’euros d’encours. Un autre, basé sur cette même stratégie mais orienté sur les marchés émergents, a été coté fin mars et totalise 32 millions d’euros d’actifs. «Nous constatons un fort appétit des investisseurs pour cette stratégie, qui combine gestion passive et gestion axée sur la réduction du risque», déclare Isabelle Bourcier.

«Nous sommes très optimistes sur l’évolution de la collecte d’Ossiam, qui est appelée à croître fortement», assure la directrice, sans toutefois se livrer à des prévisions chiffrées. Deux nouveaux fonds, orientés sur la réduction du risque, devraient voir le jour entre septembre et la fin de l’année.

A lire aussi