La recapitalisation des banques espagnoles reste incertaine dans ses modalités

le 11/06/2012 L'AGEFI Quotidien / Edition de 18H

Photo: PHB/agefi

Alors que l’Allemagne préfèrerait voir une intervention du Mécanisme européen de stabilité (MES), lequel affiche un statut de créancier privilégié, l’option retenue pourrait être celle d’un appel au Fonds européen de stabilité financière (FESF), plus respectueux du sort des investisseurs privés. Selon deux sources de la zone euro citées par Reuters, le FESF pourrait transférer à l'Espagne des obligations qu'il aurait préalablement émises, plutôt que du numéraire. Celles-ci seraient ensuite injectées dans les banques du pays pour renforcer leurs fonds propres. Dans l'hypothèse où les prêts seraient accordés par le FESF, la Finlande a déclaré que l'Espagne devrait fournir des garanties pour la part des prêts revenant à Helsinki.

A lire aussi