Le liquidateur de MF Global rassemble ses munitions contre Jon Corzine et JPMorgan

le 05/06/2012 L'AGEFI Quotidien / Edition de 7H

James Gidden a transmis à la justice son rapport sur la faillite du broker-dealer. Il s'apprête à engager des actions judiciaires au civil

Un rapport sans concessions pour Jon Corzine, l'ex-patron de MF Global Holdings, et JPMorgan, l'un des principaux créanciers du broker-dealer en faillite. C'est le constat qui ressort du rapport remis hier par le liquidateur, James Giddens, au tribunal des faillites de New York.

«Dans les efforts qui ont été menés pour transformer MF Global en véritable banque d'investissement, la direction n'a pas su apporter à son département de trésorerie et à son infrastructure de technologie ce qui était nécessaire pour répondre aux exigences en matière de liquidité et de gestion des fonds», a souligné James Giddens.

Le liquidateur cible Jon Corzine, ainsi que l'ancien directeur financier, Henri Steenkamp, et l'ex-trésorier adjoint, Edith O'Brien. Selon James Giddens, «leurs actions, associées à un contrôle insuffisant et à un défaut de procédures, ont conduit à ce que des fonds des clients soient utilisés durant la crise de liquidité pour pallier des hémorragies dans d'autres pans de l'activité».

Une responsabilité qui motive aux yeux du liquidateur des poursuites civiles à l'encontre de la direction. James Giddens s'abstient toutefois de toute conclusion sur un éventuel développement pénal, ce champ échappant à sa compétence. En ce qui concerne JPMorgan, il donne à la banque 60 jours pour clarifier totalement son rôle dans la disparition de fonds de clients, à défaut de quoi il engagera des poursuites. James Giddens précise que JPMorgan a remboursé à ce jour 89,2 millions de dollars d'actifs appartenant à la clientèle et 518,4 millions de dollars d'actifs de MF Global.

Le liquidateur estime qu'environ 1,6 milliard de dollars manquent à l'appel dans les comptes des clients. Le liquidateur américain réclame par ailleurs à son homologue britannique, KPMG, la restitution de 639 millions de dollars au motif que ces fonds logés en Grande-Bretagne appartiennent à des clients américains. Une procédure judiciaire doit s'engager à ce sujet en avril 2013.

En parallèle, James Giddens négocie avec CME Group, l'un des régulateurs de MF Global, pour récupérer 175 millions de dollars. Il s'intéresse également aux mesures prises par Bank of New York Mellon dans la semaine précédant la chute du courtier. Selon le rapport, BNY Mellon a notamment relevé de manière arbitraire ses exigences de collatéral, contraignant encore davantage le niveau de liquidité de MF Global.

A lire aussi