L'OCDE appelle à plus de mesures pour éviter une aggravation de la crise

le 23/05/2012 L'AGEFI Quotidien / Edition de 7H

Alors que se tient ce soir le sommet informel des chefs d'Etat européens, l'organisation plaide pour un processus de rééquilibrage de la croissance

Alors que les chefs d'Etat européens se réunissent ce soir à Bruxelles lors d'un sommet informel centré sur la croissance, l'OCDE lance un nouvel avertissement. Après le FMI le mois dernier, l'organisation pointe les risques d'un décrochage de la zone euro par rapport aux autres économies. «La crise dans la zone euro reste le seul risque de baisse pour les perspectives mondiale», a prévenu Pier Carlo Padoan, l'économiste en chef de l'organisation, lors de la présentation des prévisions économiques de printemps. 

Le PIB de l'Union monétaire est attendu en repli de 0,1% cette année alors que l'activité progressera de 2,4% aux Etats-Unis et de 2% au Japon. Pour 2013, l'OCDE s'attend à une croissance de 0,9% dans la zone euro, toujours inférieure à celles des deux autres grandes économies développées. La croissance mondiale ressortirait à 3,4% en 2012 et à 4,2% en 2013. Surtout, l'OCDE met en garde contre un «cercle vicieux» associant une dette souveraine déjà élevée et appelée à s’alourdir encore, des systèmes bancaires affaiblis, un assainissement budgétaire excessif et un ralentissement de la croissance.

Pour éviter le scénario du pire, «des mesures doivent impérativement être prises, au niveau national comme au niveau supranational», appelle l'OCDE. Ses recommandations ne concernent pas seulement les pays où la croissance cale et où les finances publiques sont détériorées. «Les pays déficitaires doivent s'attaquer au problème de leur faible compétitivité, alors que dans les pays qui affichent un excédent, un ajustement structurel et une hausse des salaires permettraient la mise en place d’un processus de rééquilibrage propice à la croissance», explique l'organisation.

L'OCDE préconise dans ce contexte des mesures nationales et européennes. Les gouvernements doivent lancer des réformes structurelles, réduire le déficit budgétaire sans freiner la croissance et redresser le secteur financier domestique. «Des réformes ont déjà été lancées dans de nombreux pays. Les bénéfices devraient se matérialiser plus tôt que prévu», prédit l'institution. Au niveau européen, le pare-feu pourrait encore être renforcé. Les recommandations de l'OCDE concernent aussi la politique monétaire. «Le bilan de la BCE pourrait être utilisé davantage et le taux d'intérêt pourrait être abaissé», estime-t-elle. Elle attend aussi des mesures en faveur de la croissance au niveau européen.

A lire aussi