Paris reste une cible de choix pour les grandes enseignes internationales

le 10/05/2012 L'AGEFI Quotidien / Edition de 7H

Mis en vente par Groupama, l'immeuble hébergeant le magasin Virgin Megastore des Champs-Elysées attise les convoitises

Sur l'avenue des Champs-Elysées, la mise en vente par Groupama du numéro 52, révélée la semaine dernière par Bloomberg, attise les appétits. «Des fonds souverains et des opérateurs spécialisés dans le commerce ont déjà fait part de leur intérêt pour l'actif», indique un professionnel du secteur. Le bâtiment serait valorisé environ 500 millions d'euros mais la palette des montants proposés est large car «les investisseurs ont un comportement un peu irrationnel quand il s'agit des Champs-Elysées», ajoute-t-il.

L'appétit est d'autant plus fort que le changement de mains du bâtiment s'accompagnera certainement d'un changement de locataire. Démenti il y a quelques mois, le départ de Virgin Megastore pourrait se préciser au moment de la transaction. Une surface commerciale de 4.500 m² serait alors disponible. Les nouveaux propriétaires n'auront pas de mal à trouver un nouveau locataire, les grandes enseignes internationales étant toujours à la recherche d'une implantation sur la célèbre avenue parisienne. Compte tenu de la rareté de l'offre, ils pourront en outre fixer un loyer hors normes. Il ressortait en moyenne à 11.000 euros par m² et par an pour un espace commercial de bonne qualité sur les Champs-Elysées en 2011, d'après le conseil en immobilier Cushman & Wakefield.

«La demande de la part des enseignes étrangères pour des implantations à Paris reste largement au-dessus de l’offre disponible sur le marché», explique Chris Igwe, directeur de CBRE Retail en France. Paris arrive en quatrième place en termes d'attractivité dans l'enquête mondiale menée par le conseil menée auprès de plus de 300 enseignes. «Malgré les difficultés à trouver des opportunités sur le marché français, la forte demande à Paris et en France continuera pendant encore plusieurs années», ajoute Chris Igwe.

Transactions de bureaux en Ile-de-France
ZOOM
Transactions de bureaux en Ile-de-France

A lire aussi