Les marchés de bureaux allemands tirent leur épingle du jeu

le 10/05/2012 L'AGEFI Quotidien / Edition de 7H

A Munich, Hambourg et Francfort, l'activité locative et l'investissement sont en croissance. Mais leur taille reste limitée

Les neuf grands marchés européens de bureaux ont subi en moyenne une baisse de 5% de l'activité au premier trimestre, sur un an glissant, à 6,3 millions de m² placés, d'après BNP Paribas Real Estate Research. Ils ont en fait connu des évolutions très contrastées, à l'image de l'évolution de l'activité économique en Europe. A Munich, la demande placée a bondi sur un an de 38%. Francfort est l'autre ville suivie par BNP Paribas Real Estate Research à enregistrer une progression de son marché, de 2%. A l'opposé, Milan subit un repli de 26% de l'activité locative et Madrid une baisse de 20%. Les marchés les plus importants en taille ne sont pas épargnés. Dans les quartiers d'affaires de Londres, la demande placée a chuté de 25% au premier trimestre sur un an glissant. Le marché parisien ralentit de 3%.

Le dynamisme du marché locatif déterminant l'appétit des investisseurs, les engagements dans les bureaux des grandes villes européennes sont eux aussi très hétérogènes. Les investissements ont bondi de 175% sur un an à Munich, de 47% à Hambourg et de 26% à Francfort. Ces marchés restent cependant de petite taille. Le total des transactions dans ces trois villes représentent moins de 40% des engagements dans les quartiers d'affaires londoniens, stables au premier trimestre 2012. La capitale britannique a compté pour 44% des investissements dans les métropoles européennes au premier trimestre, sur un an glissant, et le marché parisien pour 33%. Les taux de rendement

«prime», c'est-à-dire des actifs de la meilleure qualité, sont restés stables au premier trimestre, compris entre 4% à Londres et 6,25% à Bruxelles.

Marché des bureaux en Europe
ZOOM
Marché des bureaux en Europe

A lire aussi