Les perspectives en zone euro s'assombrissent encore

le 07/05/2012 L'AGEFI Quotidien / Edition de 7H

L'activité s'est contractée à un rythme plus rapide qu'attendu en avril, à en croire les indicateurs avancés de Markit

Illustration: Fotolia

Pire que prévu. L’activité en zone euro se dégrade à un rythme rapide, selon l’enquête PMI de Markit pour le mois d’avril. L’indice composite des directeurs d’achat est tombé à 46,7 points en avril, soit 2,4 points de moins sur un mois et 0,7 point en dessous de l’estimation initiale, que les économistes ne s’attendaient pas à voir réviser. C’est le secteur des services qui explique cette contraction plus rapide qu’attendu, puisque le sous-indice a été révisé d’un point par rapport à l’estimation «flash», à 46,9 points. Un niveau de 50 marque la frontière entre expansion et contraction de l’économie.

Aucun pays n’échappe à la révision, même l’Allemagne, dont l’indice PMI reste encore à 50,5 points. La baisse dans les services a été très marquée en France, de 50,1 à 45,2 sur un mois. Mario Draghi, le président de la Banque centrale européenne, avait déjà ces mauvais chiffres en main le 3 mai, lors de sa conférence de presse où il a campé sur ses positions du mois précédent. «Cela rend encore plus intrigante la décision de ne pas signaler d’assouplissement monétaire supplémentaire, estime Raphaël Brun-Aguerre, économiste chez JPMorgan. Le PMI flash de mai sera crucial.»

Or rien ne permet à ce stade d’espérer une inversion de tendance. «Le point préoccupant associé à ces reculs de l’activité est le repli rapide de l’indice lié à l’emploi au sein de la zone euro», soulignait vendredi Philippe Waechter, le directeur de la recherche économique de Natixis AM. La demande intérieure est mal orientée, et la croissance mondiale pas assez forte pour sortir la zone euro de l’ornière.

Contraction en zone euro, mai 2012
ZOOM
Contraction en zone euro, mai 2012

A lire aussi