Une baisse modérée et temporaire du prix du cuivre est anticipée

le 25/04/2012 L'AGEFI Quotidien / Edition de 7H

La demande chinoise devrait reprendre au second semestre. La croissance de la production sera parallèlement moins forte que prévu

Tombé sous la barre de 8.000 dollars mi-avril, le contrat forward à 3 mois sur le cuivre à Londres est reparti en légère hausse, à 8.045 dollars hier. Malgré le ralentissement de la croissance mondiale, le cours du cuivre reste élevé. Après avoir plafonné autour de 9.500 dollars sur les huit premiers mois de 2011, il était retombé à près de 6.700 dollars en octobre dernier.

Pour les mois à venir, les professionnels sont prudents, de nombreuses incertitudes planant sur le marché, en particulier sur la Chine. Les producteurs de cuivre indiquent que les achats chinois de cathodes de cuivre sur le marché spot sont quasi nuls depuis quelques mois, rapportent les analystes de Barclays Capital dans leur compte-rendu sur la conférence annuelle Cesco sur le cuivre qui a eu lieu au Chili la semaine dernière. Les fortes importations récentes s'expliquent surtout par les commandes effectuées en octobre et novembre dernier. Et les livraisons en Chine pourraient être faibles au deuxième trimestre en raison du rythme ralenti des nouvelles commandes.

Toutefois, la baisse des importations chinoises pourrait être limitée par l'importante hausse des contrats annuels de tonnage de cathodes de cuivre, tempère Barclays Capital. Les contrats de long terme représenteraient 200.000 à 250.000 tonnes d'importations mensuelles en 2012 contre 150.000 à 170.000 tonnes en 2011, d'après des producteurs cités par les analystes. La montée en puissance de ces contrats d'approvisionnement chez les acheteurs chinois s'explique par leur volonté de sécuriser les volumes demandés et de ne pas subir la volatilité du cours spot. Dans le même temps, la demande plus importante que prévu aux Etats-Unis et en Europe limite aussi le risque de baisse des cours.

«Le forum Cesco a confirmé notre vision d'une faible demande chinoise à court terme, expliquent les analystes de Barclays Capital. (…) Mais la perspective d'un rebond de l'économie chinoise continue de limiter la baisse des prix compte tenu du fait que les conditions de la demande finale s'amélioreront probablement au second semestre», estiment-ils.

La croissance de la production pourrait parallèlement se révéler moins forte que prévu, en raison du manque de main d'œuvre qualifiée, de la hausse du coût de l'électricité et de conflits sociaux et environnementaux.

A lire aussi