«L'euro pourrait être sous pression à court terme si la BCE n'agit pas rapidement»

le 16/04/2012 L'AGEFI Quotidien / Edition de 7H

Nordine Naam, stratégiste taux et change chez Natixis

L'Agefi: Quel impact ont les tensions sur la dette souveraine espagnole sur le marché des changes?

Nordine Naam: L’euro et les devises à rendement élevé se sont effrités contre le dollar face aux doutes sur la capacité de l’Espagne à respecter son objectif de déficit public de 5,3% cette année. En outre, les banques espagnoles auraient en partie épuisé les liquidités issues des LTRO pour acheter de la dette espagnole. Dans ce contexte, les tensions sur la dette espagnole font craindre un risque systémique, pour l’heure très limité. L’ensemble des valeurs bancaires ainsi que l’euro et les devises à rendement élevé telles que les devises « commo » ont corrigé de manière limitée. L’aversion au risque a de fait diminué après les propos rassurants de Benoit Coeuré laissant entendre que la BCE pourrait utiliser son programme d’achats d’actifs SMP pour stabiliser la dette espagnole. Cependant, il y a un risque que l’euro et les devises à rendement élevé soient de nouveau sous pression à court terme si la BCE n’agit pas rapidement.

Le dollar/yen a-t-il atteint son niveau plancher pour les trois prochains mois?

Face au regain de l’aversion pour le risque liée aux craintes sur l’Espagne, le yen a joué le rôle de valeur refuge. Les déclarations de la Banque du Japon laissant entendre qu’elle pourrait assouplir davantage sa politique monétaire ont toutefois permis de freiner la baisse du dollar/yen. Mais si la BOJ n’annonce pas rapidement de nouvelles mesures quantitatives, il y a une forte probabilité que le dollar/yen franchisse temporairement le niveau de 80 dans les semaines à venir notamment en réaction à des rachats de positions vendeuses de yens.

panel devises
ZOOM
panel devises

A lire aussi