L'IIF évalue à 1.000 milliards d’euros un défaut grec désordonné

le 06/03/2012 L'AGEFI Quotidien / Edition de 14H

Un défaut non encadré de la Grèce causerait un préjudice dépassant les 1.000 milliards d'euros pour la zone euro et obligerait sans doute l'Espagne et l'Italie à recourir à des financements extérieurs pour éviter tout phénomène de contagion, estime l'Institut de la finance internationale (IIF). L'Irlande et le Portugal, dépositaires comme la Grèce d'une aide internationale, auraient besoin, pour se prémunir de toute retombée d'un tel défaut grec, d'un nouveau coup de pouce financier estimé à 380 milliards d'euros sur cinq ans, ajoute l'Ifi, dans un document obtenu par Reuters. Le soutien pour l'Espagne et l'Italie représenterait lui dans les 350 milliards d'euros dans un tel cas de figure.

A lire aussi