Les titrisations AAA se raréfient en Europe du Sud

le 29/02/2012 L'AGEFI Quotidien / Edition de 7H

A la suite de la dégradation de l'Italie, de l'Espagne et du Portugal, Moody's a baissé la note maximale des titrisations exposées à ces pays

Les opérations notées AAA devraient se faire plus rares sur le marché de la titrisation. A l'image des actions menées par d'autres agences, la semaine dernière, Moody’s a dégradé ou placé sous surveillance négative les notes de 387 opérations de titrisations adossées à des actifs localisés en Italie et en Espagne. Au total, 127 ABS, 255 RMBS et 5 CLO ont été touchés. Un jour plus tard, l’agence a dégradé ou placé sous surveillances les notes de 21 titrisations exposées au Portugal.

Ces dégradations étaient attendues depuis le 13 février. A cette date, l’agence a dégradé la note de l’Italie de A2 à A3, celle de l’Espagne de A1 à A3 et celle du Portugal de Ba2 à Ba3. Dans la foulée, elle a abaissé la note maximale que peuvent obtenir les titrisations. Celle-ci est passée à Aa2 pour les opérations exposées à l’Italie et à l'Espagne, et à Baa1 pour celles exposées au Portugal. Les titrisations qui viennent d’être dégradées sont donc celles dont la note était supérieure à la nouvelle note maximale.

«Nous pensons qu’il est impossible d’avoir un écart trop élevé entre les notations de financements structurés et les notations souveraines», explique Annick Poulain, managing director en charge de la titrisation chez Moody’s. La notation des titrisations est encore susceptible d’évoluer à l’avenir. Notamment parce que Moody's a placé sous surveillance négative mi-février la note d’une centaine de banques européennes.

Ces décisions pourraient toucher les pays qui souhaitent se financer auprès de la BCE en déposant des titrisations en collatéral. «Selon les nouveaux critères d’éligibilité de la BCE, les transactions 'auto loans et lease' ABS italiennes notamment pourraient ne plus être éligibles contrairement aux notations RMBS et CLO de PME qui le resteraient», écrit Henri de Mont-Serrat chez Natixis. En décembre, la BCE a en effet assoupli ses critères de collatéral pour les RMBS et les titrisations adossées à des prêts aux PME.

«Les notes AAA devraient devenir rares sur le marché dans les quelques années à venir», jugent les analystes de RBS. Selon eux, les pays périphériques ne peuvent presque plus structurer d'opérations AAA et même dans les pays qui n’ont pas autant de difficultés, les opérations les mieux notées deviennent coûteuses à monter. «Nous ne voyons pas de raison pour laquelle un marché, où la majorité des notes des tranches seniors des ABS serait AA ou A, ne serait pas viable», concluent-ils cependant.

titrisations
ZOOM
titrisations

A lire aussi