La gestion d'actifs subit la politique commerciale des banques

le 29/02/2012 L'AGEFI Quotidien / Edition de 7H

A quelques exceptions près, les filiales des grands groupes bancaires ont souffert en 2011 de la volatilité des marchés et de la réglementation

Les activités de gestion des institutions financières françaises ont traversé un exercice particulièrement difficile en 2011. La baisse des marchés a induit celle des encours sous gestion, qui n’ont que rarement été compensées par une collecte positive. Axa Investment Managers a ainsi souffert d’un «effet marché» de 3 milliards d’euros. Il est particulièrement important chez Amundi (16,7 milliards), filiale à 75% de Crédit Agricole SA et à 25% de la Société Générale, et chez Natixis Global AM (9,4 milliards). Chez BNP Paribas, l'effet change et marchés peut être estimé aux alentours de 18 milliards.

Concernant les établissements bancaires, la baisse des marchés n’est pas l’unique explication. Le passage à vide résulte aussi d’un choix délibéré. Dans la perspective de l’application des règles prudentielles de Bâle 3, particulièrement exigeantes en fonds propres réglementaires ainsi qu’en liquidité, les dirigeants admettent avoir sciemment privilégié l’épargne bancaire au détriment des produits hors bilan, comme l’assurance vie.

Les décollectes les plus franches s’observent aussi dans les établissements ayant le plus souffert des craintes des investisseurs l’été dernier, en raison de la fragilité supposée de leur situation de liquidité: BNP Paribas et CASA – le cas de la Société Générale est particulier dans la mesure où la majeure partie de sa gestion a été transférée à Amundi.

Les investisseurs eux-mêmes ont pu faire preuve d’une désaffection, que Natixis a pu compenser grâce à sa plate-forme de distribution aux Etats-Unis et en Asie. Dans la même idée, BNP Paribas réoriente son dispositif pour privilégier la collecte en Asie et au Moyen-Orient. Le groupe veut également réduire ses coûts de 10% en 2012.

Collecte en gestion d'actifs
ZOOM
Collecte en gestion d'actifs

A lire aussi