La dette souveraine grecque entre dans une période charnière

le 29/02/2012 L'AGEFI Quotidien / Edition de 7H

La BCE n'accepte plus ces titres en collatéral de manière temporaire. L'Isda a été saisie pour déterminer s'il y avait événement de crédit

Après le placement de la note de la Grèce en «défaut sélectif» par Standard & Poor's, la Banque centrale européenne a annoncé qu'elle suspendait l'utilisation des titres émis ou garantis par la Grèce comme collatéral. Conséquence directe, les banques grecques pourront difficilement participer à l'opération de refinancement à trois ans de la BCE d'aujourd'hui, puisqu'elles ne pourront plus déposer en garanties d'obligations souveraines domestiques.

Leur demande pourrait de ce fait être diminuée de 45 milliards d'euros d'après Cédric Thellier, économiste zone euro chez Natixis. En novembre dernier, elles s'étaient financées à hauteur de 73 milliards d'euros auprès de la BCE, puis, d'après les estimations de Barclays Capital, elles ont emprunté 31 milliards d'euros lors de l'opération de refinancement à 3 ans en décembre et environ 65 milliards en janvier.

Suite à l'annonce de la BCE, la banque centrale de Grèce va assurer le financement des banques nationales grâce à un mécanisme d'urgence, l'Emergency Lending Assistance (ELA), beaucoup plus souple sur la qualité des actifs apportés en garantie. En contrepartie, le coût du financement est plus élevé que celui fixé par la BCE. Le taux des financements sur quelques semaines proposés dans le cadre de l'ELA équivaudrait au taux de la facilité de prêt marginal (1,75 %) assorti d'une marge de 200 pb, estiment les économistes d'UBS. En décembre dernier, le secteur financier grec a déjà emprunté 50 milliards d'euros par ce biais, d'après la recherche taux d'UniCredit.

A partir de mi-mars, une fois l'offre d'échange sur la dette grecque bouclée, les banques du pays pourront de nouveau venir au guichet de la BCE, après que le dispositif de rehaussement de crédit approuvé par les gouvernements européens en juillet 2011 aura été activé.

Le marché des CDS sur la Grèce sera quant à lui fixé prochainement sur son sort. Mardi, le comité de détermination de l'Association internationale des swaps et dérivés (Isda) a été saisi. Interpellé sur l'impact de l'échange et des clauses d'actions collectives et sur la nouvelle subordination des créanciers privés par rapport aux banques centrales, il délibérera jeudi en fin de matinée sur la question posée. S'il reconnaît un changement dans l'ordre des priorités de paiement ou s'il estime que l'échange n'est pas volontaire, les CDS seraient ensuite débouclés.

A lire aussi