«La LTRO va accélérer la convergence des spreads des banques et des entreprises»

le 27/02/2012 L'AGEFI Quotidien / Edition de 7H

Marc Olivier, directeur général France de Nordea Investment Funds

L'Agefi : Quelles pourraient être les conséquences de la seconde injection de liquidités à trois ans de la BCE sur le marché du crédit ?

Marc Olivier : La LTRO, qui devrait dépasser 500 milliards d’euros, s’inscrit pleinement dans le processus d’assouplissement monétaire mené pour stimuler l’économie de la zone euro. En injectant des liquidités, la BCE permet aux banques de participer aux plans de financement des Etats et de relancer le crédit. Comme lors de la première opération, cette action devrait pleinement contribuer à une nouvelle détente des taux sur les marchés obligataires souverains et corporate, particulièrement sur les compartiments investement grade ou high yield du crédit d’entreprise. Les établissements du secteur bancaire devraient bénéficier d’une nouvelle réduction de leur prime de risque sur les titres de crédit qu’ils émettent. Cette évolution est de nature à accélérer la tendance à la convergence des spreads bancaires et corporates.

Dans ce contexte, quels types d’actifs apprécie Nordea ?

Les obligations corporate high yield demeurent attrayantes. Lors du dernier trimestre 2011, les spreads se sont élargis excessivement, en raison d’une perception du risque davantage influencée par l’environnement conjoncturel que par la qualité objective des fondamentaux microéconomiques. Or, les entreprises présentent des bilans éminemment plus solides qu'au plus fort de la crise, en 2009. Elles privilégient les cash-flows disponibles, en consacrant les bénéfices générés, au renforcement de leurs fonds propres. Aujourd’hui, le resserrement en cours des niveaux de spreads de crédit sur le high yield représente une opportunité d’investissement.

panel crédit
ZOOM
panel crédit

A lire aussi