Le risque grec n'est pas totalement levé

le 22/02/2012 L'AGEFI Quotidien / Edition de 7H

Dans le meilleur des cas, la dette grecque restera à 120,5% du PIB en 2020

Même si les marchés ont bien réagi, les économistes sont encore sceptiques sur l’accord signé à l’arraché par les Européens hier matin. Ils sont nombreux à saluer l’annulation de 53,5% de la dette grecque détenue par les créanciers privés, d’autant que les banques ont déjà provisionné cette perte. Cependant, ils restent très inquiets sur le niveau de participation à l’échange de dette et sur les capacités de la Grèce, au bord de l’asphyxie, à se réformer et à renouer avec la croissance.

Intervention d’Evangelos Venizelos, le ministre grec des Finances, le 21 février à Athènes. Photo: Kostas Tsironis/Bloomberg
ZOOM
Intervention d’Evangelos Venizelos, le ministre grec des Finances, le 21 février à Athènes. Photo: Kostas Tsironis/Bloomberg

A lire aussi