La Banque populaire de Chine se lance dans un «quantitative easing» à la chinoise

le 21/02/2012 L'AGEFI Quotidien / Edition de 7H

En baissant le ratio de réserves obligatoires de 50 pb et en desserrant les contraintes en capitaux, la banque centrale vise un rebond du crédit

La Chine se lance également dans ce qui ressemble à un «quantitative easing». La baisse de 50 pb du ratio de réserves obligatoires des banques à 20,5% annoncée ce week-end par la Banque populaire de Chine (PBOC) pourrait correspondre à une injection de liquidités dans le système bancaire de 400 milliards de yuans, soit environ 48 milliards d’euros, destinée à alimenter la distribution de crédit.

Parallèlement, la position de la Commission de régulation bancaire chinoise semble s’assouplir. La mise en place des nouvelles règles de fonds propres des banques a été décalée de janvier à juillet 2012, et le ratio des créances douteuses que les banques doivent provisionner de 150% à 100%. Enfin, l’extension de la maturité des prêts aux collectivités locales, si elle peut avoir pour effet immédiat de limiter leurs capacités de prêts, devraient néanmoins éviter une vague de défaut. «Le but est de compenser les pressions exercées sur la croissance par d’autres mesures telles que les restrictions sur les achats immobiliers, et celles destinées à mettre à bas la finance de l’ombre», explique GaveKal.

Des mesures qui ont conduit à une hausse du cours d’ICBC de 2% à Hong Kong, de 1,6% pour China Construction Bank et de 0,9% pour Bank of China. Depuis le début de l’année, le cours des actions des banques chinoises cotées à Hong Kong a progressé d’environ 20%. Et les conditions de liquidités se sont détendues. Le taux interbancaire à 3 mois à Shanghai (Shibor) est revenu à son plus bas niveau depuis juin 2011, à 5,28%, sous l’effet des opérations de «reverse repo» ainsi que des rachats nets de devises étrangères de 140,9 milliards de yuans en janvier (après des ventes nettes de 100,3 milliards en décembre) engagés par la PBOC, entraînant un surcroît de liquidités pour les banques.

Un mouvement qui pourrait néanmoins ne pas être suffisant. Les prêts des banques chinoises ont chuté de 29% sur un an en janvier, à 738,1 milliards de yuans. Ils sont stables par rapport à décembre mais très en deçà des 1.000 milliards prévus par le consensus. Les financements sociaux ont chuté à 955,9 milliards, soit 800 milliards de moins qu’en janvier 2011. Barclays Capital estime que 2 à 3 baisses supplémentaires de 50 pb du ratio des réserves obligatoires sont nécessaires pour atteindre l’objectif de croissance de la masse monétaire M2 de 14% fixé par la PBOC pour 2012.

A lire aussi