Le London Metal Exchange examine jeudi les offres de ses prétendants

le 20/02/2012 L'AGEFI Quotidien / Edition de 7H

Nyse Euronext et le CME ont déposé des offres sur le plus gros opérateur de métaux, valorisé environ 1 milliard de livres

Après le rendez-vous manqué avec Deutsche Börse, Nyse Euronext a jeté son dévolu sur le London Metal Exchange (LME). La Bourse a ainsi soumis une offre qui valoriserait le plus gros opérateur d’échanges sur le marché à terme des métaux au milliard de livres (1,2 milliard d’euros). Soit le montant visé l’année dernière par les actionnaires de l’opérateur londonien. La valorisation faite par les analystes est très disparate, évoluant dans une fourchette comprise entre 500 millions et 1,5 milliard de livres.

Néanmoins, le LME n’aurait reçu des offres que d’environ la moitié des quelque 15 groupes qui avaient pourtant préalablement manifesté leur intérêt au cours du premier tour de table qui se clôturait mercredi dernier. Mises en attente, les négociations de Nyse Euronext avec le LME auraient même repris avant le refus définitif des autorités sur le mariage avec Deutsche Börse. L'opérateur boursier transatlantique cherche ainsi à profiter de synergies avec ses propres opérations sur dérivés de matières premières agricoles logées dans Nyse Liffe ainsi qu’avec sa chambre de compensation basée à Londres, Nyse Liffe Clear.

Mais la concurrence s'annonce rude: l’IntercontinentalExchange et son principal concurrent, le CME, feraient également partie des prétendants avec JPMorgan comme conseiller, selon le Financial Times. Deutsche Börse et le LSE auraient en revanche jeté l’éponge. Certains acheteurs potentiels auraient été victimes de vives discussions au sein des actionnaires du LME concernant l’augmentation des commissions destinée à doper ses résultats avant sa vente.

Le comité de direction du LME, conseillé par Moelis & Co, doit se réunir jeudi pour examiner les offres. «Nous ne nous sommes pas mis en vente» a rappelé la semaine dernière le directeur général du LME, Martin Abbott. «Nous ne pouvons pas empêcher les gens de nous proposer de l’argent. Nous avons l’obligation de soumettre les offres à nos actionnaires». JPMorgan est le plus gros actionnaire du LME avec 10,9% du capital, suivi de Goldman Sachs avec 9,5% et du groupe de trading sur métaux Metdist avec 9,4% du capital. Ils possèdent un pouvoir de blocage de la vente dans la mesure où toute offre doit recueillir un soutien des actionnaires d’au moins 75%.

A lire aussi