Les entreprises vont moins recourir au secteur bancaire

le 07/02/2012 L'AGEFI Quotidien / Edition de 7H

Les grandes sociétés corporates se financeront davantage sur les marchés obligataires, où elles paient déjà moins cher que les financières

Certains observateurs s’inquiétaient encore il y a peu - et à juste titre - du véritable «mur de dette» que devrait affronter le secteur bancaire européen en 2012. Près de 900 milliards d’euros de financements aux banques européennes doivent en effet arriver à maturité en 2012, dont 600 milliards correspondent à de la dette non sécurisée. Le renouvellement de certains financements semblait d’autant plus difficile que l’environnement macro-économique paraît particulièrement morose pour cette année.

Les spécialistes du secteur considèrent toutefois que la réduction de levier du secteur bancaire européen - alimenté par les pressions existant sur le financement mais aussi par les nouvelles contraintes réglementaires ou, plus simplement, par l’aversion au risque - devrait éponger la moitié des besoins. Quant au solde, on peut penser qu’il sera facilement couvert par les opérations de LTRO (long terme refinancing opération) de la BCE, dont le volume total a porté sur 489 milliards d’euros en décembre et pourrait atteindre plus de 1.000 milliards d’euros à l’issue de la prochaine adjudication fin février. Un mouvement facilité par l’assouplissement des contraintes en matière de collatéral, la BCE devenant une sorte de chambre de compensation pour les banques, incapables de se refinancer directement entre elles.

Un autre facteur devrait également jouer en faveur d’un moindre recours des entreprises - ou du moins des plus grandes d’entre elles - aux financements bancaires: comme le montre le graphique ci-contre, un grand nombre d’entre elles sont désormais capables de se financer sur le marché à un niveau inférieur à celui de la moyenne du secteur bancaire. Souhaitons que ce moindre recours aux banques des grands «corporates» libère des capitaux pour les PME qui en ont tant besoin !

nuno.teixeira@schroders.com

A lire aussi