Les RMBS britanniques attirent davantage les investisseurs non européens

le 01/02/2012 L'AGEFI Quotidien / Edition de 7H

Cette classe d'actifs suscite l'appétit des investisseurs américains, notamment par sa moindre exposition à la crise de la zone euro

Les obligations adossées à des prêts hypothécaires résidentiels britanniques de bonne qualité (RMBS prime) sont de plus en plus convoitées. Dans une note récente, l’agence de notation Fitch explique que, si jusqu’à aujourd’hui, elles intéressaient essentiellement les investisseurs européens, elle «a noté un intérêt croissant dans les RMBS britanniques de bonnne qualité de la part d’investisseurs américains ou originaires d’autres juridictions».

Dernièrement, la filiale britannique de Santander a émis via son véhicule Holmes Master Issuer un RMBS pour 2,8 milliards de livres. Une grande partie des titres ont été placés aux Etats-Unis. Par ailleurs, Lloyds TSB s’apprête à réaliser une nouvelle émission via Arkle Master Issuer.

Le volume des émissions de RMBS britanniques a augmenté de 16,4% entre 2010 et 2011, pour atteindre 75,9 milliards d’euros, selon l'étude annuelle de Natixis, rédigée par Henri de Mont-Serrat en décembre. «On peut observer une importance croissante des émissions de tranches libellées en dollars», soulignait-il. Un intérêt des Américains qui s’expliquerait non seulement par les rémunérations des tranches AAA mais aussi par le fait que la Grande-Bretagne est préférée aux autres pays qui sont dans la zone euro et donc au cœur de la crise.

Dans sa note, Fitch rappelle que dans le contexte de dégradations souveraines se répercutant sur les titrisations, la Grande-Bretagne peut se targuer d’être AAA. Autre atout : avec des niveaux d’intérêts bas, les emprunteurs sont moins sensibles aux taux variables et les arriérés sur les prêts hypothécaires ont eu tendance à diminuer. Même s’ils venaient à augmenter avec le chômage et la baisse des prix de l’immobilier, ils resteraient à des niveaux raisonnables, selon l'agence.

Reste que le risque de contrepartie est à prendre au sérieux, «tous les programmes "master trust" sont majoritairement exposés à une seule contrepartie», note Fitch. Les analystes de Citigroup recommandent quant à eux d’investir dans les RMBS britanniques de bonne qualité soulignant, entre autres, que les ratios moyens de dette sur valeur des actifs pour les véhicules «master trusts» évoluent entre 52% et 70%, que le marché immobilier londonien est dynamique et que les propositions faites par la Financial Services Authority sur les prêts hypothécaires renforceraient la qualité de la classe d’actifs.

A lire aussi