Raiffeisen récupère les activités non menacées de la banque suisse Wegelin

le 30/01/2012 L'AGEFI Quotidien / Edition de 7H

Seules les activités incriminées par la justice américaine demeureront dans Wegelin, dont les associés restants géreront le conflit avec les autorités

Dans le collimateur des autorités américaines pour des raisons d’évasion fiscale, Wegelin, qui se présente comme la plus ancienne banque privée suisse avec 270 ans d’existence, a opéré un tournant radical en scindant ses activités. Désormais, la banque Wegelin n’intégrera plus que les activités incriminées par la justice, à savoir les dossiers des clients américains, tandis que le reste des activités sera logé au sein de la première banque de détail suisse Raiffeisen.

Concrètement, la banque Wegelin a transféré vendredi dernier la «majeure partie de ses clients et collaborateurs» dans une entité baptisée Banque privée Notenstein, cette dernière étant cédée à Raiffeisen «pour un prix non communiqué».

La banque Wegelin actuelle «ne comprendra plus que les associés indéfiniment responsables de la banque», a expliqué l’établissement. Elle sera «partie dans le débat avec les autorités pénales américaines et, en parallèle, conduira à leur terme les relations avec les clients américains». Wegelin, dont trois banquiers sont soupçonnés d’avoir aidé des anciens clients d’UBS à échapper au fisc américain entre 2005 et 2010, avait depuis cessé ses activités avec des clients d’outre-Atlantique.

La banque privée Notenstein, qui sera dirigée par l’ancien directeur de Wegelin Suisse Romande Adrian Künzi, restera autonome au sein du groupe Raiffeisen. Elle sera présidée par Pierin Vincenz, directeur général de Raiffeisen. «Avec les nouveaux détenteurs, nous avons la possibilité de développer de nouvelles structures et une nouvelle organisation, capables de garantir une gestion de fortune moderne, et qui répondent aux exigences des réglementations actuelles», a déclaré Adrian Künzi.

Ce rachat, qui «assure 700 emplois en Suisse», permet à Raiffeisen de se renforcer sur ses activités de banque privée au sein de son marché domestique. Alors que Raiffeisen disposait à fin juin 2011 de 144 milliards de francs suisses de fonds sous gestion, cette opération «ajoutera 21 milliards d’actifs gérés», a indiqué Pierin Vincenz. Sur ces encours, 70% des clients sont Suisses et le solde issu d’Europe.

L’opération a reçu l’aval de la Finma, l’autorité de contrôle des marchés financiers suisses, qui a précisé avoir pris en considération les risques encourus par Wegelin aux Etats-Unis.

A lire aussi