La Grande-Bretagne veut relancer son immobilier

le 22/11/2011 L'AGEFI Quotidien / Edition de 7H

Le Premier ministre David Cameron a proposé un dispositif permettant aux nouveaux acheteurs de financer 95 % de la valeur de leur logement

A l’occasion d’un discours prononcé hier devant le CBI, la confédération patronale britannique, le Premier ministre David Cameron a réaffirmé avec force la nécessité de soutenir un secteur immobilier dont les niveaux de construction ont atteint leur plus bas niveau depuis 1924. «Les conséquences de la contraction du crédit sont que les prêteurs ne prêtent plus, les sociétés de construction ne construisent plus et les acheteurs n’achètent plus. Et par ricochet, cette situation pénalise l’économie, les constructeurs immobiliers de même que les distributeurs et les plombiers», a expliqué le dirigeant.

Tout juste une semaine avant l’annonce par George Osborne de la stratégie de croissance du Royaume-Uni le 29 novembre, avec sans doute une révision à la baisse des perspectives, David Cameron a détaillé un nouveau dispositif d’aide au logement. Ce dernier est centré sur FirstBuy, un régime d’indemnité ciblant les primo-accédants.

Ce dispositif leur garantira d'obtenir un prêt à hauteur de 95% de la valeur de leur logement. Une vraie révolution dans la mesure où les nouveaux propriétaires doivent aujourd’hui fournir un dépôt équivalent à 20% de la valeur du bien immobilier. Soutenue à la fois par la fédération des constructeurs d’habitations et le conseil des prêteurs hypothécaires britanniques, l’initiative, qui concernera quelque 10.500 acheteurs, sera financée par un fonds d’indemnisation dans lequel le gouvernement britannique se porte caution.

Ce nouveau plan d’aide au logement prévoit aussi la création d’un fonds d’investissement à hauteur de 400 millions de livres, destiné à soutenir la construction de logements dans des programmes existants qui ont pris du retard. Selon le gouvernement de coalition, cette seule mesure pourrait permettre de relancer la construction de quelque 16.000 nouveaux logements et soutenir 32.000 emplois.

Le gouvernement a également l’intention de libérer des ressources foncières appartenant au secteur public de manière à y faire construire l'équivalent de 100.000 nouvelles habitations. David Cameron, qui tente de convaincre les acteurs de l’industrie du bien-fondé de sa politique de croissance, attend de cet ensemble de mesures un impact immédiat sur l’économie.

A lire aussi