Une sortie de la Grèce de l’euro ira de pair avec une sortie de l’UE

le 03/11/2011 L'AGEFI Quotidien / Edition de 14H

L’incertitude la plus totale pèse sur le devenir de la Grèce. Si la décision de convoquer un référendum était encore officiellement soutenue mercredi par l'ensemble du gouvernement Papendréou, elle a désormais perdu l'appui du ministre des Finances Evangelos Venizelos.  Alors que le Premier ministre grec doit se rendre chez le Président à l’issu d’un Conseil des ministres extraordinaire, les membres du G20 évaluent le coût d'un éventuel défaut du pays et les conséquences d'une possible sortie du pays de la zone euro, a déclaré jeudi un haut responsable du G20, en marge du sommet des vingt plus grandes économies mondiales, à Cannes, cité par Reuters. Ce responsable a ajouté que le G20 estimait que les turbulences sur les marchés financiers persisteraient même si la Grèce restait dans la zone euro. Sur une chaîne de télévision allemande, le président de l'Eurogroupe Jean-Claude Juncker a déclaré jeudi que, s'il souhaitait que la Grèce conserve l'euro, cela ne pourrait se faire à n'importe quel prix. Un porte-parole de la Commission européenne a prévenu que, selon les dispositions des traités européennes, une sortie de la Grèce de la zone euro irait nécessairement de pair avec une sortie de l'Union européenne.

A lire aussi