La Réserve fédérale lance son « Opération Twist »

le 22/09/2011 L'AGEFI Quotidien / Edition de 7H

La banque centrale va permuter 400 milliards de dollars de titres courts au profit de titres longs

Ben Bernanke, président de la Fed. Photo: Bloomberg News

Parmi les quelques options qui s'offraient encore à elle, la Fed a choisi l'ajustement de son bilan pour tenter de donner une nouvelle impulsion à sa politique monétaire. Le Comité de politique monétaire (FOMC) a fait part hier soir de son intention d'allonger la maturité de son portefeuille de Treasuries. Dans le cadre de ce «twist», il va acquérir d'ici la fin juin 2012 quelque 400 milliards de dollars de titres longs d'une maturité de six à trente ans. Dans le même temps, il cèdera un montant équivalent de titres d'une maturité égale ou inférieure à trois ans.

L'annonce de cette décision a fait baisser les rendements des T-notes à 10 ans à un plus bas de 60 ans, autour de 1,87% dans la soirée. Aux yeux de la banque centrale, qui diffusera le 30 septembre un calendrier des achats et ventes de titres pour le mois d'octobre, cette mesure «devrait exercer une pression baissière sur les taux d'intérêt à long terme et rendre les conditions financières dans leur ensemble plus accommodantes». Parmi les dix membres votants du FOMC, les faucons Richard Fisher (Fed de Dallas), Narayana Kocherlakota (Fed de Minneapolis), et Charles Plosser (Fed de Philadelphie) se sont prononcés contre cette décision, qui ne modifie pas la taille du bilan et n'implique pas une injection de liquidités supplémentaires dans le système.

Avec un aplatissement en vue de la courbe des taux américains, cet ajustement doit servir de soutien au secteur immobilier en offrant aux ménages des taux d'intérêt très bas. Mais le mécanisme n'a pas que des effets positifs. En diminuant les rendements des banques, il ne va pas inciter ces dernières à assouplir leurs conditions d'octroi de crédits. Devant la déprime dans laquelle se retrouve plongé l'immobilier américain, le FOMC indique aussi qu'il réinvestira les fonds collectés sur ses détentions de titres adossés à des prêts hypothécaires (MBS) et de titres de dette d’agences arrivés à échéance dans des actifs identiques.

«Le fait que même après le rally qui a précédé cette annonce, les taux ont évolué à la baisse, en particulier les taux à 30 ans, suggère que la Fed a réussi à conserver avec succès cet équilibre entre un assouplissement monétaire suffisamment agressif pour aider l'économie, mais qui ne le soit pas trop pour ne pas alimenter un retour des craintes inflationnistes», estime Robert Tipp, stratège taux chez Prudential.

A ce sujet, le FOMC s'attend à ce que l'inflation retombe, au cours des prochains trimestres, à des niveaux équivalents ou inférieurs à ceux correspondant à son double mandat, au fur et à mesure que les effets des hausses des prix des matières premières et de l'énergie se dissiperont encore davantage. Sur les perspectives de l'économie, la Fed note des risques baissiers «significatifs», incluant des tensions sur les marchés financiers mondiaux.

«Les derniers indicateurs économiques suggèrent une faiblesse persistante des conditions sur le marché du travail, et le taux de chômage reste élevé», poursuit le communiqué. Cette vision peu optimiste a pesé sur les marchés boursiers, l'indice Dow Jones cédant 2,49% à la clôture. Conformément à la décision annoncée lors de sa précédente réunion, le FOMC a réaffirmé son engagement à maintenir ses taux directeurs exceptionnellement bas jusqu'à la mi-2013.

A lire aussi