« Les niveaux de spreads sur le crédit semblent exagérés »

le 19/09/2011 L'AGEFI Quotidien / Edition de 7H

Marie-Suzanne Mazelier et Thomas Giquel, gérants investment grade chez Amundi

L'Agefi: La correction sur le marché de crédit rend-elle les obligations corporates attractives ?

Marie-Suzanne Mazelier - Thomas Giquel : Le taux de rendement moyen des obligations corporates est aujourd’hui proche de 4%, soit 4 fois celui d’un emprunt d’Etat allemand de maturité équivalente. Atteignant des niveaux de 300 pb, les primes de crédit offrent ainsi aux investisseurs une protection relative historiquement élevée. Il est d’ailleurs intéressant de noter que les niveaux atteints récemment sont plus larges qu’en 2008-2009, après la faillite de la banque Lehman Brothers. Ainsi le taux de défaut implicite mesuré par ces spreads serait proche de 22% sur un horizon de 5 ans, niveau jamais atteint sur notre univers d’investissement. Donc même dans l’hypothèse d’une récession et au vu de ce qui s’est passé lors des précédentes crises de crédit, ces niveaux semblent exagérés. Les derniers résultats d’entreprises confortent cette analyse : les fondamentaux restent satisfaisants dans l’ensemble, compte-tenu de perspectives plus prudentes pour les mois à venir

Dans ce contexte, quelle est votre stratégie ?

Les obligations d’entreprises nous semblent présenter une opportunité d’investissement à moyen terme. A court terme, la crise des dettes souveraines nourrit une forte volatilité des actifs risqués et une certaine défiance des investisseurs. Compte tenu des niveaux de valorisation atteints, nous profitons de ces points d’entrée pour renforcer dans un premier temps notre exposition en titres industriels de maturité intermédiaire.

panel credits
ZOOM
panel credits

A lire aussi