La justice américaine cible la Société Générale

le 19/09/2011 L'AGEFI Quotidien / Edition de 7H

Le département de la Justice américain enquête sur le rôle joué par la Société Générale dans le scandale Stanford, du nom de ce financier soupçonné d’une fraude à 7 milliards de dollars. La justice se demande si la banque privée du groupe en Suisse, où l’une des sociétés d’Allen Stanford avait un compte, a manqué à ses devoirs de vigilance en matière de transactions suspectes. SG Private Banking «coopère avec le département de la Justice», s’est bornée à indiquer la banque. Dans une toute autre affaire, la filiale de gestion américaine de la Société Générale, TCW, a en partie perdu le procès qui l’opposait à son ancien gérant star, Jeffrey Gundlach. Licencié fin 2009 car il préparait le lancement de sa propre structure, DoubleLine AM, le financier a certes été reconnu coupable d’avoir trahi la confiance de son employeur. Mais la banque n’a obtenu aucune indemnité et a même été condamnée à lui payer ainsi qu'à trois de ses collègues 66,7 millions de dollars d'arriérés de salaires.

A lire aussi