Les enquêtes de conjoncture annoncent un ralentissement de la zone euro

le 24/08/2011 L'AGEFI Quotidien / Edition de 7H

Les indices PMI de l’industrie et de la production manufacturières sont ressortis à des plus bas respectifs de 23 et 25 mois

Les enquêtes de conjoncture en zone euro n’ont pas permis d’atténuer les craintes d’un double creux de l’économie dans la région. Celles publiées par Markit ont rapporté le plus faible rythme d’expansion depuis deux ans et un volume de nouvelles commandes qui se contracte de nouveau. Véritable indicateur avancé, l’indice PMI flash composite de l’activité globale s’inscrit à 51,1 et fait du surplace par rapport à juillet. Les indices PMI de l’industrie et de la production manufacturières sont ressortis à 49,7 et 50, des plus bas respectifs de 23 et 25 mois. En juillet, ils ont été publiés au-dessus du seuil des 50, à 50,4 et 50,2, indiquant encore une dynamique de croissance. La seule bonne nouvelle est venue de l’indice PMI de l’activité dans le secteur des services, qui est ressorti à 51,5 contre 51,6 en juillet. Sur ce point, la France a remis une bonne copie, son indice flash composite de l’activité globale ayant crû de 53,2 à 53,6 en juillet, grâce au rebond de l’indice de l’activité de services de 54,2 à 56,1 en juillet, un plus haut de 2 mois.

Ces enquêtes, selon Natixis AM, «suggèrent un net ralentissement de l'activité au troisième trimestre». Pour BNP Paribas, l’activité au cours du troisième trimestre ne devrait progresser que modestement, les indicateurs étant cohérents avec une progression du PIB de 0,1% d’un trimestre sur l’autre. «Les données laissent entrevoir que la croissance économique du troisième trimestre pourrait se révéler encore plus faible que la décevante augmentation de 0,2 % enregistrée au deuxième trimestre», commente Chris Williamson, chef économiste chez Markit.

D’ailleurs, l’indicateur du sentiment économique outre-Rhin, le Zew, a chuté de 22,5 points en août à -37,6 points par rapport à juillet. «L’évaluation de la conjoncture économique actuelle en Allemagne est toujours positive mais s’est considérablement détériorée en août», souligne l’institut Zew. La composante de conjoncture actuelle a chuté de 37,1 points à 53,5 points tandis que les perspectives économiques pour la zone euro ont reculé de 33 points à -40 points. Selon Chris Williamson, la quasi-stagnation de l’activité en Allemagne, jusqu’ici principal moteur de la croissance de la zone euro, constitue une source d’inquiétude encore plus grande.

A lire aussi