Les défaillances sur les prêts hypothécaires américains peinent à baisser

le 24/08/2011 L'AGEFI Quotidien / Edition de 7H

Les retards de paiement ont augmenté pour le deuxième trimestre consécutif. Les saisies immobilières reculent faiblement

Cinq ans après le début de l'envolée des défauts sur les prêts hypothécaires américains, le retour à la normale semble encore loin. Au deuxième trimestre 2011, leur taux de défaillance est ressorti en hausse de 12 points de base à 8,4% en données ajustées des variations saisonnières, d'après la Mortgage Bankers Association (MBA). Ce niveau est certes inférieur au plafond de 10% atteint au premier trimestre 2010, mais, depuis le début de l'année, la part des prêts pour lesquels les emprunteurs ont au moins trente jours de retard, ne diminue plus. «Il est clair que la tendance à la baisse des défaillances que nous avons observée en 2010 s'est arrêtée», explique Jay Brinkmann, chef économiste de la MBA.

En cause, la nouvelle détérioration du marché de l'emploi américain. Elle correspond clairement à la hausse de la part des prêts affichant un retard de paiement d'un mois, d'après le spécialiste de la MBA. Entre avril et juin, le taux de chômage est passé de 8,8% à 9,2%.

Les saisies immobilières diminuent quant à elles péniblement. La part des prêts hypothécaires ayant fait l'objet d'une procédure de saisie au deuxième trimestre ressort à 0,96%, en baisse de 12 pb par rapport au premier trimestre, à son plus bas niveau depuis le troisième trimestre 2010. Et la part des prêts concernés par une saisie s'élève à 4,4%, en repli de 9 pb. Le phénomène des saisies est par ailleurs cantonné géographiquement, 52% étant concentrés dans cinq Etats. La situation pourrait continuer de s'améliorer lentement. En tout cas, la MBA ne croit pas à un nouveau bond des saisies. De fait, la part des prêts affichant des retards de paiement de plus de 90 jours baisse toujours et a retrouvé son plus bas niveau depuis le début de l'année 2009.

Mais ce contexte pèse sur le marché immobilier américain. En juillet, les ventes de logements ont reculé pour le quatrième mois consécutif, retombant à leur plus bas niveau depuis novembre 2010. Par ailleurs, l'indice Case-Shiller qui suit le prix des logements est entré dans une phase de double creux. Le 30 août, sa prochaine publication au titre du mois de juin permettra de vérifier cette tendance.

A lire aussi