Nyse Euronext réussit à compenser la chute des volumes de transactions

le 03/08/2011 L'AGEFI Quotidien / Edition de 7H

Au deuxième trimestre, les activités de cotations et de services technologiques et les variations de change ont amorti la chute des commissions

Malgré la baisse des transactions sur les marchés cash et des pannes techniques à répétition de ses systèmes de cotation, Nyse Euronext a publié un chiffre d’affaires net, au deuxième trimestre 2011, en hausse de 1,1% à  661 millions de dollars. Par rapport au premier trimestre, l'activité recule de 2,7%. Et, même si elle a été aidée par un effet positif de 33 millions de dollars de variations de change, cette performance est aussi le fruit de la stratégie de diversification du groupe.

Les commissions de transactions et de compensation ont chuté de 9% en rythme séquentiel à 742 millions (-20% sur un an), en raison du recul de 11% (-36% sur un an) des volumes quotidiens moyens sur les dérivés et les marchés au comptant. Toutefois, les activités de cotations ont crû de 2,8% sur le trimestre à 112 millions et de 6,7% en annuel. Une dynamique nourrie par les IPO. Celles-ci ont atteint au premier semestre 25,4 milliards en Europe et aux Etats-Unis. L'activité des données de marché a stagné sur douze mois. Les services de technologie et la rubrique «autres revenus» ont grimpé, dans l'ordre, de 8,5% et de 23,9% d'un trimestre sur l'autre et de 18,7% et de 21,3% sur un an. Du coup, les commissions de transactions et de compensation pèsent 67,9% de l’activité totale, contre 74,3% un an plus tôt. La part des activités de cotations s'établit à 10,3%, contre 8,4% pour les données de marché et 8,2% pour les services de technologie.

Ayant contrôlé ses charges opérationnelles, Nyse Euronext a, au bout du compte, dégagé un bénéfice par action ajusté de 0,61 dollar, en baisse de 4,7% par rapport à 0,64 dollar en juin 2010 et de 10,3% par rapport à celui du premier trimestre.

Ces derniers jours, les craintes antitrust se sont intensifiées sur la fusion Nyse Euronext-Deutsche Börse, rendant de plus en plus probable l'annonce, jeudi, de son examen approfondi par la Comission européenne. Alors que les dérivés pèsent à fin juin 34% des commissions totales de Nyse Euronext, contre 30% il y a an, la FIA Principal Traders Group, après le récent rapport de l'AFME, a fait savoir que l'entité fusionnée, qui aura une structure en silo verticale sur les activités de pré et de post-marché, contrôlera 91% des indices de dérivés, 95% des dérivés sur actions et 99% des dérivés sur taux d'intérêt.

A lire aussi