Le défaut grec est inévitable

le 12/07/2011 L'AGEFI Quotidien / Edition de 7H

Dans une tribune publiée par le quotidien, George Soros avance clairement qu’un défaut de paiement de la Grèce sur sa dette est inévitable, ou tout du moins le pays doit-il consentir à une dévaluation. Les dirigeants européens seraient dès lors bien inspirés d’adopter un «plan B» afin d’éviter une contagion au reste de la zone euro. Un défaut ne doit pas se produire de façon désorganisée avertit l’investisseur.

A lire aussi