La pression des marchés s'accentue sur la zone euro

le 11/07/2011 L'AGEFI Quotidien / Edition de 14H

La mise sur pied d'un second plan d'aide à la Grèce et la défiance croissante des marchés à l'égard de l'ensemble de la zone euro dominera une série de discussions cruciales entre responsables européens ce lundi à Bruxelles. Les ministres des Finances de la zone euro devraient discuter de la possibilité d'un rachat de dette grecque ou d'un échange des titres détenus par les créanciers privés. L'UE de son côté envisage des mesures visant à limiter l'influence des agences de notation en ce qui concerne la mesure de la solidité des banques comme l'évaluation des dettes souveraines, a fait savoir lundi Michel Barnier. Le commissaire européen au Marché intérieur a dit qu'il proposerait des mesures en ce sens le 20 juillet. Plusieurs sources européennes de haut rang ont toutefois indiqué qu'il était impossible de ne pas évoquer le dossier italien. Ce matin, la prime de risque demandée par les investisseurs pour détenir des obligations italiennes à dix ans plutôt que des Bunds allemands, qui font référence, a touché un record depuis la création de l'euro à 268 points de base. Ce mouvement a touché l'ensemble de la périphérie de la zone euro. Les taux des obligations espagnoles ont également atteint un plus haut depuis début 2000, à 5,84%, et les pressions se sont accentuées sur le Portugal et l'Irlande. A Paris, les valeurs financières accusent lundi les plus fortes baisses de l'indice CAC 40. En fin de matinée, la Société générale perd 3,62%, Axa 3,64%, BNP Paribas 3,41%, Crédit agricole 2,6%, Natixis 0,53%.

A lire aussi